Home Sports LIGUE DES CHAMPIONS – POUR LE PSG, C’EST L’ANNÉE DE TOUS LES...

LIGUE DES CHAMPIONS – POUR LE PSG, C’EST L’ANNÉE DE TOUS LES DANGERS… ET PEUT-ÊTRE L’ANNÉE OU JAMAIS

LIGUE DES CHAMPIONS - POUR LE PSG, C'EST L'ANNÉE DE TOUS LES DANGERS… ET PEUT-ÊTRE L'ANNÉE OU JAMAIS
LIGUE DES CHAMPIONS - POUR LE PSG, C'EST L'ANNÉE DE TOUS LES DANGERS… ET PEUT-ÊTRE L'ANNÉE OU JAMAIS

Vice-champion d’Europe en titre, le Paris Saint-Germain aborde la nouvelle édition avec un autre statut. Il lui faudra déjà l’assumer avec un effectif amputé de quelques cadres. Mais surtout saisir l’opportunité de faire mieux. C’est peut-être la dernière. Car la perspective de perdre Neymar ou Kylian Mbappé, voire les deux, quitter la capitale l’été prochain est réelle.

Deux mois plus tard, Paris repart au combat. Avec un douloureux souvenir à effacer. Ce coup de tête fatal signé Kingsley Coman reste bien ancré dans sa mémoire. Il est le symbole d’un acte manqué, d’une première finale ratée, d’un rêve qui s’est envolé. Le PSG n’est pas près de l’oublier. Ses rivaux non plus. Car il a désormais un autre statut. Le club de la capitale n’est plus celui qui ne franchit jamais le cap des quarts de finale. Il est passé beaucoup trop près du Graal pour ça.

Les Parisiens connaissent l’adage. L’année de la confirmation, c’est toujours la plus délicate. Ils étaient déjà attendus à tous les coins de rue. C’est le prix à payer quand un club empile les stars à coups de millions pour donner corps à son rêve de remporter la Ligue des champions. Mais Paris n’en était pas moins considéré comme un petit. Un club qui n’a pas sa place dans le gotha du Vieux Continent. Ses échecs répétés ont forgé son image. Elle est beaucoup moins nette à l’entame de cette nouvelle édition.

Lire aussi:   Le Barça arrive trop tard : Kurzawa va s'engager cinq saisons avec Arsenal

LE POIDS DE LA PANCARTE

Paris n’est pas grand pour autant. Mais il n’a jamais été aussi proche de le devenir. L’Europe entière a reçu le message véhiculé par sa dernière campagne. Le PSG avait maîtrisé le Real en phase de poules. Il s’était sorti du piège tendu par le Borussia Dortmund avant la crise sanitaire. Il a su éviter les embûches d’un format inédit lors du Final 8. Il est le seul à avoir tenu tête à l’infernale machine bavaroise. Il ne l’a pas vaincue. Il a encore constaté que la plus belle des Coupes d’Europe ne s’achète pas. Elle se cultive, patiemment. Mais Paris a fait un grand pas en avant dans cet apprentissage.

"Il a manqué un plan B à ce PSG quand ses stars ont commencé à dérailler..."

« IL A MANQUÉ UN PLAN B À CE PSG QUAND SES STARS ONT COMMENCÉ À DÉRAILLER… »

Tout le monde l’a vu. Mais cela ne suffit pas. Montrer est une chose, confirmer en est une autre. Pour enfin devenir grand, il lui faudra assumer ce nouveau statut. C’est le défi qui attend le PSG à l’aube de son entrée sur la scène européenne. Il est immense. Vice-champion d’Europe en titre, ce n’est pas un trophée. C’est une pancarte. Et tout le monde veut s’offrir le scalp de celui qui la porte. Paris n’est plus seulement dans la peau du chasseur. Il va découvrir l’inconfort d’être dans celle du chassé. Et cela fait une sacrée différence.

Lire aussi:   Cavani aurait déjà dit au-revoir à ses coéquipiers du PSG

LE SPECTRE D’UN ÉTÉ MEURTRIER

Il faut être bien armé. Le PSG ne l’est peut-être pas autant qu’il l’espérait. Il a perdu des cadres historiques avec les départs de Thiago Silva et Edinson Cavani. Il n’a pas vraiment été en mesure de les remplacer pleinement avec les conséquences économiques de la crise sanitaire. L’avenir dira si Paris a recruté malin dans ce contexte. Pour l’heure, l’espoir est permis. Les expérimentés Alessandro Florenzi, Danilo et Rafinha ont leur pierre à apporter à un édifice qui a prouvé sa solidité. Surtout, il y a toujours Neymar et Kylian Mbappé pour le porter.

C’est le moment ou jamais pour Paris d’en profiter. Car au bout de cette saison de tous les dangers, il peut aussi y avoir un été meurtrier. Le Brésilien et le Français seront à un an du terme de leur contrat. S’ils ne sont pas prolongés d’ici-là, la perspective de les voir s’envoler aura tout pour devenir une réalité. Ils ne sont pas seulement les meilleurs arguments du PSG. Ils sont aussi des talents que les dirigeants parisiens ne pourraient pas remplacer. Aligner les millions, si tant est que cela soit encore possible, ne suffira pas. Des joueurs d’une telle qualité, cela n’existe pas sur le marché.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : L'éléphant Vakoun Issouf Bayo signe au Celtic Glasgow pour quatre ans

MORDRE DANS LA DERNIÈRE CHANCE

La perte serait monumentale. Mais le pire pour Paris, c’est qu’elle peut l’être encore davantage. Il y a aussi le cas Di Maria. L’ange qui a si souvent déployé ses ailes et dégainé son fabuleux pied gauche pour sauver le PSG en Ligue des champions arrive en fin de contrat. Potentiellement, le club de la capitale peut se retrouver amputé de Neymar, Mbappé et Di Maria l’été prochain. Un trio d’attaque qui fait pâlir d’envie les plus grands ténors européens. Qui donne vie à son ambition de remporter cette Ligue des champions. Sans eux, ce rêve risquerait bien de rester à l’état de rêve.

Leur avenir est incertain. La seule certitude, c’est que Paris doit en profiter tant qu’ils sont là. Cela donne une autre dimension à sa saison européenne. Ce n’est pas seulement celle de la confirmation pour le PSG. C’est peut-être aussi celle de la dernière chance. Les Parisiens se doivent de mordre dedans à pleines dents. C’est le seul moyen d’effacer les douloureux souvenirs de la tête de Coman. La seule option pour accomplir un destin qu’il n’a seulement rêvé jusqu’ici. Pour le concrétiser, c’est l’année ou jamais. Du moins, cela y ressemble furieusement.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here