Home Sports L’histoire de Wesley Moraes, père à 15 ans et a perdu le...

L’histoire de Wesley Moraes, père à 15 ans et a perdu le sien à 9 ans…

L'histoire de Wesley Moraes, père à 15 ans et a perdu le sien à 9 ans...
L'histoire de Wesley Moraes, père à 15 ans et a perdu le sien à 9 ans...

L'histoire de Wesley Moraes, père à 15 ans et a perdu le sien à 9 ans...

L’histoire de Wesley Moraes, père à 15 ans et a perdu le sien à 9 ans…

Le joueur d’Aston Villa Wesley Moraes n’a pas eu de ville facile. Il a perdu son père à l’âge de neuf ans et a eu un fils à 15 ans. Il a réussi dans le monde du football malgré une jambe plus courte que l’autre.

C’est à cause de 25 millions d’euros que Wesley Moraes a réalisé son rêve de jouer en Premier League. Cependant, son parcours dans le football et sa vie n’ont pas été si facile pour lui.

L’attaquant brésilien de 22 ans n’a pas mené une vie d’un jeune de son âge. Après la perte de son père, à seulement neuf ans, il est devenu père à l’âge de 15 et 16 ans. Il est arrivé jeune dans le football européen, où il a grandi rapidement à Trencin et Bruges jusqu’à son arrivée à Aston Villa.

Lire aussi:   PSG: Tuchel met la pression sur Mbappé et Neymar

Lors de sa dernière saison, il a marqué 17 buts et donné trois passes décisives, mais son histoire n’est pas aussi positive qu’on pourrait le croire. Il est même né avec une jambe plus courte de trois centimètres.

« Il est né comme ça, bien sûr « , reconnaît Hans Coret, un collègue de Paulo Nehmy, l’agent du Brésilien. « Quand Paulo a rencontré Wesley, il l’a rapidement confié au médecin de l’équipe nationale brésilienne. Il lui a dit qu’il n’aurait aucun mal à vivre et à jouer comme ça », poursuit Coret.

« Robert Rybnicek, manager de Trencin, où Wesley Moraes a explosé entre 2015 et 2016, ajoute : «  Il semble boiter sur le terrain, mais il est très rapide, c’est un enfant très spécial. »

Lire aussi:   Super Coupe 2018 : Ouégnin explique l’absence de l’ASEC

Bruges l’a engagé en connaissant son problème physique et ses aventures hors du terrain :  » Il y a eu des discussions avec un psychologue et des gens du club. Nous nous sommes vite rendu compte que c’était un enfant avec un grand cœur et de bonnes valeurs dans la vie.

« Il a eu son fils au Brésil et nous avons commencé à établir une relation plus étroite avec lui petit à petit. C’était compliqué, mais à chaque fois ça s’ouvrait de plus en plus », se souvient Dévy Rigaux, le manager de l’équipe belge.

Moraes, qui a coûté 25 millions d’euros à Aston Villa, a eu sa chance avec une équipe de jeunes de l’Atlético de Madrid dans laquelle il est venu participer à un tournoi amical, mais il n’a pas pu profiter de ce test.

Lire aussi:   "Il est trop tôt pour parler de titre"

En Belgique, il l’a même accompagné au supermarché pour apprendre les bons modes de vie et savoir comment se débrouiller seul. Ils l’ont aussi aidé sur le terrain. Moraes est un joueur capricieux et avait l’habitude de voir beaucoup de cartons rouges. « J’ai été dur avec lui. J’ai dû lui expliquer que ce n’était pas une façon de réagir aux coups de pieds « , approfondit Rigaux.

Après avoir failli aller en Chine ou à Cardiff en hiver, Moraes et Bruges ont décidé d’attendre et l’attaquant a eu l’occasion de briller dans le Premier League avec une offre Aston Villa. C’est l’exemple vivant que la vie donne souvent une seconde chance.

L’histoire de Wesley Moraes, père à 15 ans et a perdu le sien à 9 ans…

Source: Be Soccer

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here