Home Sports Kenya : les chauffeurs de minibus, un casse-tête pour la lutte contre...

Kenya : les chauffeurs de minibus, un casse-tête pour la lutte contre le coronavirus

La police kenyane a tiré des gaz lacrymogènes pour disperser des chauffeurs de minibus appelés “Matatu” . Ces derniers continuent d’exercer leur activité pourtant interdite dans un contexte dominé par la COVID-19.

Mercredi, le président kényan, Uhuru Kenyatta, a annoncé l’instauration d’un couvre-feu nocturne pour tenter de limiter la propagation du nouveau coronavirus, et toute une série de mesures, notamment fiscales, destinées à aider l‘économie nationale.

La police Kenyane s’indigne du comportement des commerçants qui font fi de la fermeture des marchés.

“La directive était que tous les marchés devaient être fermés et c’est pourquoi nous sommes ici, nous nous mobilisons, nous voulons que tous les commerçants partent et restent chez eux à cause de ce coronavirus. C’est une maladie mortelle, c’est pourquoi nous sommes ici, nous voulons au moins que tout le monde rentre chez lui et reste chez lui pour éviter cette maladie mortelle qu’est le coronavirus’‘, a déclaré George Seda, un Sergent.

Selon le dernier décompte officiel, le Kenya a enregistré 28 covid 19 cas jusqu‘à présent, avec un rétablissement et zéro décès jusqu‘à 25 mars.

Lire aussi:   JO-Rio 2016/ Ta Lou en finale du 200 mètres, Ahouré éliminée

Le président Kenyatta a prévenu qu’il n’hésiterait pas à prendre “des mesures (encore) plus drastiques”, si les Kényans ne mettaient pas en œuvre ses recommandations pour faire face à ce virus.

Le changement de mode de vie dans le pays est loin de faire l’unanimité.

Source : africanews.com

Cet article a été relayé par un programme informatique. Actualité Ivoire n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook