Home Sports Demi-finales du Chan 2016 / Mali-Côte d’Ivoire (1-0): Bissouma crucifie les Eléphants

Demi-finales du Chan 2016 / Mali-Côte d’Ivoire (1-0): Bissouma crucifie les Eléphants

Méconnaissables face aux Aigles du Mali, en deuxième demi-finale du Chan, jeudi 04 février 2016 à Kigali au Rwanda, les Eléphants ne joueront pas leur première finale dans cette compétition.
A la peine depuis le milieu de la première période, les Eléphants ont finalement été crucifiés sur une action de toute beauté à la 89è (1-0). Seul au deuxième poteau, le véloce Sinayoko remisait pour Yves Bissouma, l’un des ‘’Ivoiriens’’ de la sélection malienne, qui profitait d’un énième trébuchement du libéro ivoirien, Cheick Comara, pour battre l’excellent Sangaré Ali Badra. Ce dernier aura tout fait pour retarder la punition, notamment en repoussant un pénalty malien à la 33è, mais il ne pouvait pas grand-chose sur l’action du but victorieux malien. Une conclusion logique de la domination sans partage des Aigles qui ont littéralement marché sur les Pachydermes pendant plus d’une heure de jeu. C’est pourtant les Eléphants qui avaient débuté le pied au plancher. Craintifs, les Aigles ont laissé tranquillement se déployer ces pachydermes qui venaient de mettre en déroute les Lions Indomptables (3-0). Puis, tout doucement, ont pris leur envol pour fixer finalement leur football au firmament. Alors qu’ils avaient eu 60% de la possession de balle dans le premier quart d’heure et sont passés tout près de l’ouverture du score sur une frappe limpide de Essis Aka Baudelaire et une reprise de la tête de Yacé Ekpekon Marius (9è et 19è), les Eléphants vont progressivement entrer dans les rangs. Débordés et incapables d’opposer un collectif digne du nom à la machine bien huilée des Maliens, les Ivoiriens vont s’illustrer par des actions individuelles inutiles. Déjà qu’ils étaient très approximatifs dans la transmission et qu’ils n’arrivaient pas accélérer leur jeu et de percuter comme on était en droit d’en attendre d’eux. Ce qui devrait arriver est alors fatalement arrivé. Surtout que les remplacements n’auront rien apporté au jeu des Eléphants qui ont continué de subir. Tout le contraire pour le Mali qui a eu la main heureuse avec Yves Bissouma. Certes, il ne faudra pas brûler les Eléphants sur cette défaite face aux Aigles, mais des explications s’imposent quant au manque criard de fraîcheur dont ont fait preuve les Eléphants, à l’occasion de cette opposition. Car c’est bien à ce niveau que les Aigles, plus jeunes et plus frais, ont fait la différence.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Mondial 2018, tombé dans le piège Gabonais, Wilmots accuse l'arbitre

Patrice BEKET

abidjan.net

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here