HomeSportsDao Gabala, présidente du Conor-Fif formelle: «La Fif ne doit plus être...

Dao Gabala, présidente du Conor-Fif formelle: «La Fif ne doit plus être manipulée par n’importe qui»

Dao Gabala, présidente du Conor-Fif formelle: «La Fif ne doit plus être manipulée par n’importe qui»
Dao Gabala, présidente du Conor-Fif formelle: «La Fif ne doit plus être manipulée par n’importe qui»

Invitée d’une émission sportive diffusée sur la radio de la Paix, Mariam Dao Gabala, présidente du Comité de normalisation de la Fédération ivoirienne de football (Fif) revient sur plusieurs questions chaudes de l’institution.

La question brûlait toutes les lèvres depuis l’arrivée du comité de normalisation mis en place par la Fifa, à la Fif le 14 janvier 2021. Selon 7info.Ci après la prise de fonction des nouveaux locataires de la maison de verre à Treichville, l’ancien directeur exécutif Sam Etiassé a été limogé. La présidente du comité de normalisation Mariam Dao Gabala a bien voulu revenir sur cette séparation en queue de poisson.

« Nous nous sommes séparés de Monsieur Sam Etiassé parce qu’il était partie prenante du conflit et responsable du manque de confiance entre les clubs et la FIF. Quand on est directeur exécutif, on se doit d’avoir une certaine réserve. Ceux qui votent et ceux qui sont en campagne sont les membres du comité exécutif, mais dès lors que Monsieur Sam Etiassé a été partie prenante, cela a rompu la confiance avec les clubs. C’est pour cela que nous nous sommes séparés de lui, car nous avons une mission de normalisation et il fallait tout aplanir pour repartir sur de bonnes bases » fait savoir la sénatrice.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: pourquoi Amadé Ouérémi a-t-il payé seul pour le crime dans l'ouest ivoirien ?

Mais Sam Etiassé a décidé de saisir le TAS pour contester son licenciement. Une décision de cette instance arbitrale de la FIFA est attendue dans les prochains jours. Mais la présidente du comité de normalisation n’est en aucun cas perturbée par cette situation. « Que Monsieur Sam Etiassé ait saisi le TAS, c’est son droit, qu’il saisisse les tribunaux, c’est son droit. Nous, au niveau du comité de normalisation, sommes dans l’esprit que chacun vient apporter sa pierre pour la construction du foot. S’il s’avère que par une décision du TAS nous ne devons pas continuer, nous aurions fait ce qu’il y avait à faire.

Notre mission consiste à apporter une transformation structurelle à la FIF pour qu’elle devienne une institution forte afin de ne plus être manipulée par n’importe qui. On n’est pas effrayé par cela, que chacun fasse sa part », a-t-elle conclu sur ce sujet. Le comité de normalisation est désormais bien installé à la FIF avec la qualification des éléphants à la CAN 2022 au Cameroun et surtout la reprise du championnat national de Ligue 1 Côte d’Ivoire depuis le 27 mars 2021.

Lire aussi:   Les Unes des journaux sportifs en Espagne du 15 octobre 2019

Le professeur Martin Bléou, membre de ce comité, a annoncé au cours de la rencontre que des consultations débuteront avec les clubs et les acteurs du football afin de peaufiner les textes de l’institution avant l’organisation de la prochaine assemblée générale.

Un audit en cours à la Fédération ivoirienne de football

Selon le confrère de 7info.ci, la présidente du comité de normalisation, Mariam Dao Gabala, a annoncé d’un audit est en cours depuis sa prise de fonction à la maison de verre. Un trou de plus d’un milliard a été découvert. Les responsables du comité de normalisation de la FIF avouent avoir eu des difficultés pour payer les salaires du mois de février des agents de l’institution, car les caisses étaient totalement vides au moment de leur installation. Un audit a donc été demandé pour faire la lumière sur la situation.

« Lorsque nous sommes arrivés, nous avons constaté un appauvrissement des clubs. La maison n’avait même pas de trésorerie suffisante pour payer, ne serait-ce que, les salaires des employés. Nous avons trouvé une trésorerie négative de plus d’un milliard. Je n’irai pas plus loin. Même s’il est vrai que cela peut s’expliquer par les dettes sociales et autres. C’est la raison qui nous a poussés à commanditer un audit. Mais il faut être précis. L’audit part de 2019 à 2020 pour nous permettre de savoir l’étendue des difficultés de la FIF. Rassurez-vous, ce n’est pas pour faire la chasse aux sorcières » fait savoir Mariam Dao Gabala, présidente du comité de normalisation.

Lire aussi:   Yannick Noah : comment est-il devenu chef d’un village au Cameroun?

Selon certaines informations, il y aurait des travailleurs fictifs à la maison de verre. Des personnes payées à ne rien faire. Une situation que le comité de normalisation a décidé d’examiner de près. « Nous avons découvert une centaine d’employés ici à la FIF. Il était donc important de vérifier le poste de chacun. Pour cela, nous avons demandé à madame Bilé de rencontrer les agents un par un afin de connaître leur rôle réel dans la maison. C’est important pour mieux connaître le personnel et l’affecter là où il faut. Nous allons même renforcer certains départements dépourvus de personnel » a annoncé la sénatrice.

Mariam Dao Gabala a profité de l’occasion pour annoncer la prolongation du contrat de Patrice Beaumelle, le sélectionneur des éléphants de Côte d’Ivoire. Selon elle, « on ne change pas une équipe qui gagne ».