Home Sports Clément Sossa (président Afbc): ‘’Il n’y a plus de problème à la...

Clément Sossa (président Afbc): ‘’Il n’y a plus de problème à la Fib’’

Comment la Côte d’Ivoire a obtenu l’organisation du gala France-Afrique ?
La Côte d’Ivoire a failli se faire devancer par le Burkina Faso. Mais nous avons insisté pour qu’elle obtienne l’organisation parce qu’elle demeure la capitale incontournable de l’Afrique. Que ce soit au niveau des installations et des infrastructures, elle a damé le pion à plusieurs pays africains. Nous pensons que la Côte d’ivoire a les capacités et les installations nécessaires pour abriter cette grande première en terre africaine. C’est le Gabon qui devait accueillir cette 8e édition. Tout avait même été ficelé, lorsque le général Soumahoro Gaoussou a ressurgi pour revendiquer l’organisation.

Lire aussi:   Monaco sombre à nouveau à Montpellier

Avez-vous été instruit sur la crise qui secoue la boxe ivoirienne ces derniers mois ?
La confédération que je dirige a été effectivement saisie par la dissidence pour faire part de ses griefs contre la Fédération ivoirienne de boxe. Après mes investigations, je me suis rendu compte qu’il y en a qui se sont illustrés négativement, juste pour saboter les actions du général Gaoussou. J’ai reçu ce groupe et je les ai ramenés à l’ordre. Ils ont déposé les armes à travers des documents signés. J’ai reçu l’ensemble des clubs et la fédération.  Nous avons pu assainir le climat délétère. Nous nous sommes compris, il n’y a plus de problème au sein de la fédération. Le seul président élu et reconnu par l’Afbc est le général Gaoussou.

Lire aussi:   Coupe nationale: Le Séwé vainqueur de la 53e édition Un trophée qui vaut 10 millions

Quels sont les difficultés que rencontre la boxe africaine ?
Les problèmes de la boxe africaine sont de notre propre fait, c’est-à-dire les dirigeants et les acteurs. Nous avons des dirigeants incompétents à la tête de nos instances internationales qui viennent pour s’enrichir plutôt que défendre l’intérêt de la discipline. C’est tout cela qui éloigne les sponsors. Il y a beaucoup de brouilles et personne ne veut associer son image à la boxe. D’autre part, l’instance faitière (l’Aiba) refuse que nous boxions avec d’autres versions.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Accusé d'escroquerie envers de jeunes footballeurs, Serge Dié réagit et dénonce des machinations contre sa personne

Quelles sont vos solutions pour y remédier ?
Entre autres idées, nous voulons  ouvrir la boxe professionnelle au continent africain. Je compte d’ailleurs démarrer dès le mois d’octobre, en ouvrant un centre de formation au Ghana. Cela pour permettre aux Etats hésitants de mettre un peu plus de moyens pour que la boxe puisse faire parler d’elle.

Interview réalisée par
Céleste Kolia

 

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site Frat Mat

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here