Home Sports MTN Ligue 1 : La SOA a du souci à se faire

MTN Ligue 1 : La SOA a du souci à se faire

MTN Ligue 1 : La SOA a du souci à se faire
MTN Ligue 1 : La SOA a du souci à se faire

Championne de Côte d’Ivoire pour la première fois de son histoire, la Société Omnisports de l’Armée sera l’équipe à abattre pour cette saison qui démarre ce samedi 17 août sur toutes les pelouses retenues.

Les débats domestiques reprennent leurs droits dans quelques heures après plus de deux mois de vacances. Pour ce nouvel exercice, les yeux des observateurs sont rivés sur les Militaires qui ont pris le pouvoir, après avoir frôlé la relégation la saison d’avant. Les canons de ses adversaires, dirigés vers la caserne qui abrite désormais le trône du football local. Des plus redoutables aux moins affûtés, aucun couteau ne devra être négligé par la nouvelle cible de la Ligue 1.

L’ASEC Mimosas Revancharde

Club le plus titré de Côte d’Ivoire avec 25 consécrations, l’ASEC Mimosas a connu un incroyable fiasco la saison 2018-2019. À la peine tout le long du championnat sans doute plus concentré sur la CAF Ligue des champions, la formation chère à Me Roger Ouégnin finira avec une troisième place obtenue de hautes luttes. Un passé malheureux qui a forgé l’âme jaune et noir. Car pour ce nouvel exercice, toute l’artillerie financière a été sortie pour renouveler l’encadrement technique avec l’arrivée de Julien Chevalier. Des efforts qui ont que pour seule mission, la reconquête du titre.

Lire aussi:   Programme national du sport: Le ministre Amichia face aux rédactions de Fraternité Matin

Le FC San Pedro et les embusqués

Derrière l’ASEC la grande revancharde, il y a ceux qui pourraient bien épouser le sobriquet « d’embusqués ». Dans le top 5 au soir de la dernière campagne locale, ces formations ont des dents assez longues pour jouer les trouble-fêtes. Il s’agit du FC San Pedro, vice-champion en titre. Décimés par de nombreux départ dont ceux de Carlos Zouzou, Oussou Konan ou encore Djeni Hugues, les Pétrussiens ont renouvelé en qualité et en quantité l’écurie. Même si la machine a peiné à se mettre en marche en Super Coupe face à la SOA (3-0), elle demeurera redoutable aux mains de Jani Tarek, fin stratège. Avec moins de moyens mais de l’ingéniosité à revendre, le Racing Club d’Abidjan, Bouaké FC, le Sporting Club de Gagnoa, l’AS Tanda ou encore l’AFAD et le WAC ne comptent pas avoir peu d’ambitions. Des objectifs confinés entre maintien et être africain qui devraient s’avérer comme du carburant pour ces petites cylindrées du football local.

Lire aussi:   CAN 2017: les Etalons éliminent les Aigles de Carthage

L’inclassable Africa Sports et les 4 du maintien

Capable du meilleur comme du pire, difficile de classer l’Africa dans un cercle précis. Patrimoine du football ivoirien et considéré comme le deuxième plus grand club derrière l’ASEC Mimosas, l’Africa Sports traverse pourtant une crise digne d’un novice en la matière. En quête d’un nouveau sacre longtemps après leur 17è glané en 2011, les Aiglons espèrent reprendre leur envol dans un ciel qui n’attend que leur renaissance.

Lire aussi:   "Mon documentaire n'a rien à voir avec celui de Ramos"

Ses bas pourraient peut-être contraindre l’Africa a discuter les billets du maintien. Des objectifs auxquels l’ASI d’Abengourou et l’USC Bassam ont habitué l’opinion. Un destin commun à celui des promus (Sol FC et Issia Wazi), éternels observateurs qui espèrent réaliser un gros coup et marcher dans les pas de leurs récents devanciers.

Lebéni KOFFI

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site sport-ivoire.

 

Commentaires Facebook