Home Sports Cameroun : Reporter Sans Frontière appelle à la libération de Paul Chouta

Cameroun : Reporter Sans Frontière appelle à la libération de Paul Chouta

Cameroun : Reporter Sans Frontière appelle à la libération de Paul Chouta
Cameroun : Reporter Sans Frontière appelle à la libération de Paul Chouta

Cela fait déjà un mois et demi que Paul Chouta est en détention préventive à la prison centrale de Yaoundé. Cette situation inquiète Reporter Sans Frontière (RSF).  RSF appelle à sa libération, et estime qu’un journaliste ne devrait pas se retrouver en prison pour diffamation.

Cameroun : Reporter Sans Frontière appelle à la libération de Paul Chouta
Paul Chouta – capture photo

Le procès de Paul Chouta qui l’oppose à l’Ecrivaine Calixthe Beyala prévu pour ce mardi 9 juillet 2019 a été reporté pour une date ultérieure. Son procès a été reporté au 13 août. En cause, l’absence de la plaignante. Et RSF voit dans cet ajournement une forme de représailles contre Paul Chouta. « Difficile de ne pas voir dans son maintien en prison un signe de représailles des autorités à l’égard d’un journaliste très suivi mais aussi très critique du pouvoir », estime Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF. RSF appelle à sa libération. « Sans juger du fond de l’affaire, sa détention préventive est une sanction complètement disproportionnée par rapport aux poursuites de diffamation et de diffusion de fausses nouvelles dont il fait l’objet. Nous demandons que le journaliste puisse recouvrer la liberté sans délai avant que ne se tienne son procès », ajoute Arnaud Froger.

RSF fustige le fait que “Le TGV de l’info” est en prison sans que la lumière soit faite sur l’agression qu’il a subi quelques mois avant. « Si les autorités se sont empressés de mettre Paul Chouta aux arrêts suite à une plainte pour diffamation, elles n’ont pour l’heure toujours pas identifié qui sont les individus à l’origine de l’agression au couteau dont a été victime le journaliste au mois de janvier. RSF avait dénoncé cette attaque alors que le journaliste faisait déjà l’objet de menaces récurrentes pour ses reportages critiques du pouvoir de Paul Biya. Lors de la réélection du président pour un septième mandat en octobre 2018, il avait même dû fuir son domicile pour se mettre en sécurité », poursuit RSF.

Le célèbre journaliste, dont la page Facebook “Le TGV de l’info” compte plus de 80 000 abonnés, après que ce dernier a posté une vidéo la montrant en pleine altercation avec un homme. L’écrivaine franco-camerounaise Calixthe Beyala lui avait porté plainte pour diffamation et diffusion de fausses nouvelles. Il est détenu depuis le 28 mai dernier.

Source : Lebledparle.com

Cet article a été relayé par un programme informatique. Benin Times n’est pas l’auteur de ce dernier.

Commentaires Facebook