HomeSociétéViolée à l’âge de 10 ans : Madeleine se dévoile et porte plainte 20 ans...

Violée à l’âge de 10 ans : Madeleine se dévoile et porte plainte 20 ans après contre son bourreau. Elle raconte son histoire

Violée à l'âge de 10 ans : Madeleine se dévoile et porte plainte 20 ans après contre son bourreau. Elle raconte son histoire
Violée à l'âge de 10 ans : Madeleine se dévoile et porte plainte 20 ans après contre son bourreau. Elle raconte son histoire

Dès son jeune âge, Madeleine Dioulo, une gamine vivant paisiblement en Côte d’Ivoire, se voit proposer un voyage en Angleterre. Sa cousine qui y vit est celle qui la veut auprès d’elle et elle dit à ses parents qu’elle mettrait la petite fille dans toutes les meilleures conditions. Quand Madeleine arrive en Grande-Bretagne, dans la maison de ses hôtes, elle y vivra plutôt le cauchemar. Pendant de longues années elle a gardé le silence du drame qu’elle a vécu. Mais ce mercredi 21 Avril 2021, à la faveur d’une circonstance que vous apprendrez dans ce récit, pour la première fois sur son compte facebook, elle s’est ouverte au monde, en racontant ce qui a été sa triste histoire :

« J’avais 10 ans quand Viviane, ma cousine, m’a envoyée en Angleterre. Elle a dit à mes parents que je venais en Europe pour aller à l’école avec son fils. Mais une fois sur le territoire auprès d’elle, ce n’était pas le cas. Elle a changé de langage, disant que je ne suis pas là pour aller à l’école mais plutôt pour m’occuper de son enfant, un garçon âgé de 5 ans, et que c’est pour cette raison qu’elle m’a fait venir.

Ma cousine, ma tutrice, était de profession assistante infirmière. Elle travaillait les nuits. Une semaine après mon arrivée, j’étais assise au salon avec Jacques, son mari. Son fils qui avait 5 ans dormait déjà. Tout d’un coup, le monsieur me dit de le masser. Étonnée, je lui demande comment ça ? C’est alors qu’il me dit de venir sur son dos.

Je lui réponds que je n’ai jamais fait ça. Il rétorque qu’il va me montrer. Après avoir fait ce qu’il m’a demandé, je suis allée dormir. Peu de temps après il rentre dans ma chambre, en tenue d’Adam, à ma grande surprise, et me dit de ne rien dire. Ensuite il m’attrape la bouche. Pendant 3 ans il m’a violée.😭

Lire aussi:   4ème édition des "Rencontres des Communicants" à Bouaké: Bruno Koné annonce la reprise du projet "1 étudiant 1 ordinateur"

Mes pleurs ne finissaient pas. J’ai dit à Viviane ce que je subissais. Elle a renchéri que je mens, se mettant à me frapper et disant que je suis venue gâter son foyer et que si je n’y prends garde, elle va me faire retourner en Côte d’Ivoire.

Je ne suis pas partie à l’école pendant un an. Un jour un monsieur est venu réparer le chauffage à la maison. Intrigué à ma vue, il m’a demandé pourquoi je ne vais pas à l’école. J’ai dit je ne sais pas.

Le même monsieur est revenu encore pour réparer le même chauffage une ou deux semaine après. Il m’a encore vue à la maison. Cette fois il a appelé la police. La police est venue. Interrogée par la force publique, Viviane s’est défendue en disant :

– Je ne l’ai pas encore envoyée à l’école parce que j’en cherche une de très bonne. Je n’ai pas encore trouvé de bonne école pour elle.

La police lui a donné une semaine pour me mettre à l’école. Quand j’ai commencé les cours, les enseignants me demandaient pourquoi je n’aime pas joué avec les autres, et pourquoi je suis toujours dans les toilettes. J’ai gardé le silence.

Un jour à l’école, au cours d’EPS, je me suis dévêtue en vue de mettre la tenue de sport. C’est alors que la maîtresse a vu mon dos et m’a convoquée dans son bureau. Elle m’a posé des questions sur mon état. J’avais des larmes aux yeux. Je lui ai dit de me promettre de ne rien dire si je me confiais à elle. Elle m’a dit que cela resterait entre elle et moi. Quand je lui ai raconté tous les supplices que j’endurais, elle m’a dit qu’elle ne pouvait pas rester immobile, sans rien faire, et que cependant je serais protégée. L’école a appelé la police, l’Assistante sociale et Viviane.

Lire aussi:   Liberia : sale temps pour le président George Weah

Ma cousine m’a prise de côté, me demandant de nier tout ce que j’ai raconté à la police au risque d’avoir affaire à elle. Je lui ai obéis, disant à tout le monde que j’avais dit des mensonges sur ma situation et que tout allait bien. Pendant ce temps elle a appelé son mari, lui recommandant de se cacher ou de voyager rapidement.

Je regrette.😭 Mais j’étais encore très petite, obligée de suivre les instructions de ma tutrice car j’avais beaucoup peur d’elle.

Après tout ce qui s’est passé, ma cousine s’est mise à préparer mon voyage pour Abidjan. Sans m’avertir, elle m’a fait accompagner par un inconnu en me disant un matin que je vais passer mes vacances en France, chez une cousine.

De Londres, le monsieur et moi avons débarqué en France. C’est là-bas qu’il m’a dit que je vais m’envoler pour Abidjan. J’ai dit non, je ne veux pas, on m’a dit que je pars en vacances en France. Le monsieur voulait m’emmener de force. J’ai crié à l’aéroport, attirant l’attention de la police qui est venue me demander ce qui se passe. J’ai dit que je ne connais pas le monsieur et que je vis chez ma cousine à Londres. La police a arraché le passeport de cet homme qui m’accompagnait, en l’embarquant. Jusqu’aujourd’hui je ne sais pas ce qui est advenu de lui.

Je suis restée à l’aéroport de France pendant des heures avant qu’on ne me renvoie à Londres. L’Assitante sociale m’y a accueillie en m’envoyant dans une famille d’accueil. En apprenant tout ce qui s’est passé, Viviane a appelé le service de l’immigration pour lui dire que mon père veut que je vienne à Abidjan immédiatement. Pourtant ce dernier était décédé depuis. Elle a fait une fausse lettre, une fausse signature, prétextant que papa réclamait absolument ma présence à ses côtés.

Lire aussi:   Il séquestre son ex 3 jours pour l'enchainer par la tête au plafond et la violer devant leur fils

J’ai pleuré, et ai dit à l’immigration que mon père n’est plus de ce monde. Mais ils voulaient des preuves. Pendant ce temps il eut un coup d’État en Côte d’Ivoire, alors je ne pouvais pas partir à Abidjan. Je suis donc rester en Grande-Bretagne.

Aujourd’hui que je suis dans ma trentaine, le frère de Viviane m’appelle sur facebook pour me dire que mon bourreau viole sa propre fille…

****

Après un garçon, le bourreau de Madeleine a donné naissance à une fille. Notre narratrice s’en veut d’avoir gardé le silence tout ce temps, découvrant à son grand désarroi que l’homme est en train de récidiver en faisant subir à son propre enfant, le même supplice qu’il lui fit subir il y a plus de vingt ans de cela…

Voici l’histoire de Madeleine Dioulo, qui accorde à LCB un petit entretien ce 1er Mai.

LCB : Où en êtes-vous aujourd’hui après tout ce que vous avez enduré.

Madeleine : J’ai porté plainte contre mon bourreau, pour que justice soit faite

LCB : Les autorités londoniennes l’ont-ils appréhendé ?

Madeleine : Il a été entendu. Pour le moment il nie les faits. Mais il finira pas être acculé, j’en suis convaincue. Aujourd’hui c’est sa propre fille de 13 ans qui souffre. Je pleure en y pensant. Il faut que ça s’arrête !

LCB : L’homme dont nous parlons est-il un européen ? Ou un africain.

Madeline : Il est africain et ivoirien. L’histoire que je vous ai racontée n’est que très infime par rapport à ce que je n’ai pas encore dit. C’est très grave.

LCB : Pourquoi avoir décidé de parler à visage découvert.

Madeleine : Parce qu’il est temps qu’on dise STOP à l’impunité des violeurs. Et de toute façon, j’ai porté plainte donc j’assume mon histoire et mon combat.

Louis-César BANCÉ