Home Société Un jour après sa mort, des révélations sur Sidy Diallo dans l’affaire...

Un jour après sa mort, des révélations sur Sidy Diallo dans l’affaire des primes des Eléphants

Un jour après sa mort, des révélations sur Sidy Diallo dans l'affaire des primes des Eléphants
Un jour après sa mort, des révélations sur Sidy Diallo dans l'affaire des primes des Eléphants

Le président de la Fédération ivoirienne de football (FIF), Augustin Sidy Diallo, mort hier samedi reçoit des hommages du milieu sportif. Parmi ceux-ci, celui de Fernand Dédeh, journaliste sportif et proche de celui-ci. Il en a profité pour faire des révélations, en tant que témoin, dans l’affaires des primes impayées de Eléphants

Dans un texte intitulé « Le grand malentendu avec Alain Lobognon », Fernand Dédeh, en sa qualité de conseiller en communication de l’ex-ministre des Sports, au moment des faits, fait des révélations.

« Il me souvient, ce jour de l’année 2014, au domicile du ministre Alain Lobognon. Après le mondial au Brésil, tu avais demandé à voir le ministre des Sports pour enfin aplanir vos différends et parler de l’avenir du football ivoirien », écrit le journaliste sportif.

« Alain Lobognon était convaincu d’une chose : le football est un métier. Ceux qui le pratiquent sont des jeunes. La politique des jeunes de l’Etat doit les prendre en compte. Il avait alors partagé son idée de financement du football local », se souvient Dédeh.

Lire aussi:   CPI : “Gbagbo n’a pas déclaré Abobo, zone de guerre’’, selon l’ex-patron de la police ivoirienne

Qui précise que l’idée était de « mettre à la disposition des clubs, un soutien financier de 5 milliards de FCFA sur quatre ans. Aider directement les clubs pour les salaires des athlètes pour rehausser le niveau du championnat et contenir le départ prématuré des jeunes à l’extérieur ».

Lobognon, aujourd’hui en prison, pour des questions politiques, « avait besoin pour ce faire du soutien de la fédération pour faire avancer son idée auprès du président de la République. Convergences de vues ce soir-là… »

Ce qui n’a pas été le cas un an plus tard. « En 2015, le financement de la CAN en Guinée Équatoriale est venue plomber de nouveau, vos relations », souligne Fernand Dédeh.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Interdiction des engins à deux et troues roues, 219 motos-taxis et 145 tricycles saisis en une journée, le pays félicité par la BAD

« Le ministre Alain Lobognon estimait que l’Etat devrait financer à minima, les sorties des équipes nationales, étant donné que les fédérations internationales prennent en charge, les dépenses lourdes des pays qualifiés », confie le journaliste.

« La fédération, au contraire, expliquait que l’Etat a toujours financé les campagnes internationales de la sélection et qu’il fallait s’en tenir à cela. Grosse incompréhension », fait savoir l’ex-conseiller de Lobognon.

« Le chef de l’Etat (Alassane Ouattara) a tranché. Le budget demandé par la fédération doit être mis à disposition. Cependant, la gestion doit être rigoureuse. Le ministre Alain Lobognon propose alors un processus transparent : les Fonds directement gérés par le trésor public. Les primes des athlètes payées par virement bancaire. Tout semblait bien élaboré. Jusqu’à la finale », révèle Fernand Dédeh.

Lire aussi:   Yopougon / Situation sécuritaire: Une fusillade fait un mort

Reliquat

« Jusqu’au compte-rendu final des financiers. Sur les 3,5 milliards FCFA mis à disposition, plus de 300 millions FCFA de reliquat. En plus du trophée ! », dévoile-t-il.

« Seulement voilà ! Quarante jours après la coupe d’Afrique, d’abord une rumeur folle de primes impayées, puis des accusations frontales contre le ministre de tutelle. Il a quitté le gouvernement sans jamais comprendre la réalité des faits », soutient Fernand Dédeh, sans dire d’où sont parties les accusations.

« J’ai, à plusieurs reprises, tenté de vous rapprocher tous les deux, comme en 2014, pour en parler franchement. Vous expliquer en grands garçons. Je n’avais jamais perdu espoir. Alain Lobognon est aujourd’hui en prison pour raisons politiques. Et toi, tu fais le très mauvais dribble de la vie », a déploré Fernand Dédeh.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here