Home Société Tribunal militaire d’Abidjan: "En 2002 l’arsenal militaire ivoirien ne contenait pas" les...

Tribunal militaire d’Abidjan: "En 2002 l’arsenal militaire ivoirien ne contenait pas" les calibres qui ont tué le couple Guéi (Défense)

L’arsenal militaire ivoirien « ne contenait pas » d’armes de type calibre 7,62 mm, responsables de la mort de l’ex-chef d’Etat, le général Robert Guéi et son épouse, a déclaré mercredi un des avocats de la défense lors du procès sur leur assassinat, au tribunal militaire d’Abidjan.

« En 2002, l’arsenal militaire ivoirien (…) ne contenait pas de fusils qui prenaient des balles de type 7,62 mm », a dit Maître Ange Rodrigue Dadjé, ajoutant que ces « calibres » font partie de la « dotation » du « pays voisin (…) le Burkina Faso », citant « un rapport des experts de l’ONU ».

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : À Vavoua, un individu interpellé avec de faux billets de banque

« Les assaillants sont venus du Burkina » où « ils ont été armés », a insisté Me Dadjé qui dit avoir « l’impression » que les « faits qui ont conduit » à l’assassinat du Général, de son épouse et des membres de sa garde rapprochée sont occultés.

Désigné par des prévenus et témoins comme étant l’assassin du couple Guéi et de leurs gardes, l’ex aide de camp de l’ancienne Première dame Simone Gbagbo, Anselme Yapo Séka, « n’a pas tiré » car son « pistolet ne peut pas tirer de telles balles », selon son avocat.

Lire aussi:   Participation au Colloque international de l’Onu à Genève: la délégation ivoirienne a besoin de 11 millions F CFA

L’ex-chef d’Etat a été  » atteint par 6 balles » dont une de « 7,62 mm tirée dans l’abdomen (et) responsable de sa mort » et trois autres de « type 9 mm ».

Son épouse, Rose Doudou, a été abattue par « deux balles de type 7,62 mm dans la tête (…) et la racine de la cuisse gauche » quand l’un de leur garde, le capitaine Fabien Coulibaly, a reçu « plus de 10 balles de 9mm et 7,62 mm (…) dont la plupart ont été tirées dans le dos ».

Lire aussi:   Côte d’Ivoire/De nombreuses cérémonies de baptême de fidèles chrétiens à Bouaflé

Ils ont été assassinés le 19 septembre 2002, lors d’un coup d’Etat manqué qui s’est par la suite mué en rébellion armée.

« Toutes ces morts ont été causées par des kalachnikovs », a avancé un des avocats de la défense lors de sa plaidoirie, rappelant que les témoins « ont tous reconnus  » qu’il avait un « pistolet automatique ».

Mardi, le parquet a requis une peine de prison « à vie » contre M. Séka et la « perpétuité » contre l’ex-commandant de la garde républicaine, Bruno Blé Dogbo.

MYA

Africatime CI

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here