Home Société Rencontre avec Assane Coulibaly, monsieur Police Secours

Rencontre avec Assane Coulibaly, monsieur Police Secours

Rencontre avec Assane Coulibaly, monsieur Police Secours
Rencontre avec Assane Coulibaly, monsieur Police Secours

Rencontre avec Assane Coulibaly, monsieur Police Secours.

Les réseaux sociaux sont devenus incontournables dans le quotidien des populations. Plate-formes de socialisation mais aussi d’utilité. En Cote d’Ivoire, Police Secours, via ces outils modernes de communication, sauve des vies en servant d’interface aux usager en difficulté. Nous avons brièvement rencontré Assane Coulibaly, l’homme derrière Police Secours.

1- Comment est venue l’idée de Police Secours

L’idée est venue d’un constat. Après la crise post-électorale, les ivoiriens n’avaient plus confiance dans les structures de sécurité. Ils étaient réticents à les contacter lorsqu’ils étaient dans le besoin. Etant au ministère de la sécurité et voyant comment les agents travaillaient, nous avons eu l’idée de crée une plate-forme pour servir d’interface, d’intermédiaire entre les populations et les autorités sécuritaires. Les populations nous contactent en toute assurance et nous transmettons leurs besoins, leurs urgences aux services adéquats.

Lire aussi:   Côte d’Ivoire : classée première radio, Al Bayane veut devenir un groupe audiovisuel performant (DG)

2- Justement, comment se passe votre collaboration avec les autorités sécuritaires?

La collaboration se passe très bien. Ce sont nos collaborateurs. Quand nous transmettons une info, elle est traitée automatiquement et rapidement.Nous bénéficions de leus professionnalisme, de leur service et de leur soutien.

3– Facebook compte vous apporter son soutien? Quelle sera votre collaboration?

Nous sommes l’exemple de ce que les réseaux sociaux ne sont pas qu’un nid de Fake news. Facebook voit dans notre plate-forme un apport essentiel pour la sécurité. Facebook voit notre utilité et compte nous aider dans notre progression.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Un maquis-resto formellement interdit aux élèves et étudiants en tenues

Entretien réalisé par Cheick Ibrahim

Source: Ici Abidjan

Laisser un commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de