HomeSociétéProlifération des armes légères : la Côte d’Ivoire prend de nouvelles mesures

Prolifération des armes légères : la Côte d’Ivoire prend de nouvelles mesures

Prolifération des armes légères : la Côte d'Ivoire prend de nouvelles mesures
Prolifération des armes légères : la Côte d'Ivoire prend de nouvelles mesures

Djokouéhi Léon, président de la ComNat-ALPC en Côte d’Ivoire, a pris l’engagement de freiner la prolifération des armes légères.

Selon le président de la ComNat-ALPC qui intervenait ce mardi lors d’une rencontre entre des experts sous-régionaux et les autorités sécuritaires, les crimes organisés, les bandes armées, les terroristes qui livrent une guerre asymétrique aux Etats de la sous-région ouest-africaine, opèrent avec les armes légères acquises illicitement du fait du non respect des normes et standards régissant la gestion des stocks d’armes et munitions.

Lire aussi:   Gouvernement connu aujourd'hui ? voici les noms des personnalités de l'opposition qui circulent

Réussir à mettre ces armes sous contrôle total serait résoudre le problème de sécurité physique à 80% », a-t-il estimé.

Pour le représentant la Commission de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Joseph Ahoba, malgré des progrès enregistrés dans la lutte contre la prolifération des armes légères ces dernières années, ils doivent être consolidés pour éviter une recrudescence de ce fléau. « La CEDEAO prévoit la destruction régulière des armes obsolètes dans la zone, car si un pays parvient à contrôler ses armes et son voisin n’y parvient pas, les efforts seront vains », a noté M. Ahoba.

Lire aussi:   La ministre Koné Mariétou à Bagahouo (Duékoué) pour s’enquérir de la situation des déguerpis de la forêt du mont Péko

Le représentant du ministre ivoirien de la Sécurité, Francis Ouattara, a relevé que la Côte d’Ivoire a fait de la destruction de ce type d’armes une réalité depuis 2012 après qu’elle ait mesuré la dangerosité des armes légères et de petit calibre lorsque celles-ci sont hors de contrôle.

« Laisser les armes dans la nature, c’est accroître la capacité opérationnelle des criminels », a conclu M. Ouattara.