HomeSociétéOuattara dépêche Achi Patrick uniquement sur l’accident de Ferké et oublie les...

Ouattara dépêche Achi Patrick uniquement sur l’accident de Ferké et oublie les nombreux autres victimes d’accident, 2 poids 2 mesures qui fâchent les Ivoiriens

Ouattara dépêche Achi Patrick uniquement sur l'accident de Ferké et oublie les nombreux autres victimes d'accident, 2 poids 2 mesures qui fâchent les Ivoiriens
Ouattara dépêche Achi Patrick uniquement sur l'accident de Ferké et oublie les nombreux autres victimes d'accident, 2 poids 2 mesures qui fâchent les Ivoiriens

Le chef de l’État ivoirien, Alassane Dramane Ouattara, a dépêché le Premier ministre Patrick Achi, le 02 avril 2021, à Ferkessédougou (chef-lieu de région du Tchologo). Sa mission, exprimer la compassion de l’État de Côte d’Ivoire aux victimes d’un accident de circulation qui, la veille, a fait 20 morts, sur l’axe Ferkessédougou – Ouangolodougou.

Si ce geste de compassion du sommet de l’Exécutif ivoirien est à saluer, il y a lieu de relever qu’il prend une forme discriminatoire, et reste donc condamnable et condamné. En effet, dans la nuit du 24 au 25 mars 2021, soit une semaine avant l’accident de Ferkessédougou, un car de transport et un camion remorque sont entrés en collision, sur l’axe Yamoussoukro – Bouaflé. Bilan : plus de 20 morts.

Lire aussi:   Présidentielle 2020: Ouattara dans de sales draps

Mais, pour cet accident de Yamoussoukro, aucun communiqué, aucun message de compassion de l’État à l’endroit des familles endeuillées. Et pourtant, Ferkessédougou et Yamoussoukro sont deux localités d’un même pays : la Côte d’Ivoire. L’État ivoirien ne peut donc pas, sinon ne doit donc pas ignorer, royalement, les victimes de Yamoussoukro et pleurer celles de Ferké, et aller jusqu’à exprimer sa compassion aux familles endeuillées de la région du Tchologo.

Lire aussi:   Orpaillage clandestin: Quand l’or menace le cacao et l’hévéa / La sévère mise en garde du gouvernement

C’est une situation de deux poids deux mesures, qui n’entre pas dans la dynamique de la cohésion sociale. Et qui est irritante. Certains analystes vont plus loin, en parlant de »’gestion discriminatoire des drames ». Vivement une action similaire pour les familles endeuillées de l’accident de Yamoussoukro, qui elles-aussi sont éprouvées par cette disparition brutale des leurs !