Home Société La présidente de la Ligue ivoirienne des droits des femmes suspendue, la...

La présidente de la Ligue ivoirienne des droits des femmes suspendue, la raison

La présidente de la Ligue ivoirienne des droits des femmes suspendue, la raison
La présidente de la Ligue ivoirienne des droits des femmes suspendue, la raison

A travers un communiqué publié ce jeudi 7 octobre 2021 et signé de sa secrétaire générale, Désirée Deneo, la Ligue ivoirienne des droits des femmes a décidé de la suspension de sa présidente. Il est reproché à dame Meganne Boho son accointance dans une affaire peu délicate.

Une affaire de séquestration et de trafic d’enfants vient de frapper de plein fouet le président de la Ligue ivoirienne des droits des femmes. Meganne Boho est suspendue de ses fonctions à compter de ce jeudi. « Le bureau de La Ligue ivoirienne des droits des femmes afin de permettre un éclaircissement de cette affaire a décidé à l’unanimité de suspendre la présidente de La Ligue de ses fonctions afin d’élucider cette affaire sans qu’il n’y ait un vice de procédure », indique la note.

Lire aussi:   Bitumage, Electrification, eau potable, construction d’écoles et d’hôpitaux : Ces gros œuvres de Mambé qui vont booster le développement des banlieues et villages d’Abidjan

Et pour cause, depuis le 4 octobre dernier, la Ligue a été informée d’une affaire de séquestration et de trafic d’enfants concernant dame L.M. Elle décide donc d’accompagner l’une des mères qui aurait été accueillie avec sa fille chez dame L.M. Toutefois, « cette affaire touche également la présidente, marraine d’un des enfants qui lui a été confiée par dame L.M ainsi que la mère biologique de l’enfant ».

Peut être une image de texte

Aussi, afin de permettre un éclaircissement, le bureau de La Ligue a pris la décision sus-mentionnée. Par ailleurs, l’organisation a confié la présidence de La Ligue le temps de la procédure au secrétariat général conformément aux statuts et règlements de La Ligue. Un accompagnement juridique et psychologique de la victime qui accuserait dame L.M de séquestration de sa fille est également envisagé.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Après San Pedro, un autre pont reliant un pays frontalier à l'ouest s'écroule sous le poids des eaux

« En outre, La Ligue demande aux mères concernées par cette affaire de partager leurs témoignages avec le département des interventions sociales dirigé par Marie Paule OKRI.  La Ligue ivoirienne des droits des femmes tient à réaffirmer sa présence aux côtés de toutes les victimes de violences et tient également à rappeler son engagement qui est de lutter pour les droits des femmes sans parti pris », conclu le communiqué.

Lire aussi:   Le ‘’LMD ivoirien’’ enregistre un ratio d’un enseignant pour 1250 étudiants contre la norme d’un enseignant pour 25 étudiants

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here