Home Société Inde : une Ivoirienne de 21 ans, docteur en Pharmacie

Inde : une Ivoirienne de 21 ans, docteur en Pharmacie

Inde : une Ivoirienne de 21 ans, docteur en Pharmacie
Inde : une Ivoirienne de 21 ans, docteur en Pharmacie

Après N’goran Amah Olivia Fernande, 23 ans qui a eu son doctorat en pharmacie avec la mention très honorable, en 2020, Djama N’Cho Logbochi Nicole, à 21 ans, vient d’obtenir son doctorat en pharmacie, décroché à Karnataka College of Pharmacy en Inde. Originaire d’Agboville, Djama N’Cho Logbochi Nicole a soutenu le 25 septembre 2021 à Karnataka College of Pharmacy, un établissement d’enseignement supérieur basé à Bangalore en Inde.

Après un parcours atypique à l’école primaire où elle a impressionné, par son intelligence, ses maîtres d’école, Djama N’Cho Logbochi Nicole accède très tôt au collège. En 2013, à 13 ans, elle réussit brillamment à l’examen du Brevet d’études du premier cycle du second degré (BEPC). En 2016, elle réussit avec la mention « Assez bien », au Baccalauréat (BAC) série D. Djama N’Cho Logbochi Nicole reçoit alors, à l’occasion de la troisième édition de la fête de l’excellence de la la DREN (Direction régionale de l’éducation nationale), un diplôme d’encouragement de la « plus jeune candidate de la DREN au BAC 2016 (16 ans), avec un total de 261 points sur 400 et la mention « Assez Bien ».

Lire aussi:   Côte d’Ivoire: les deux gendarmes instructeurs impliqués dans un meurtre à Gonaté, écroués à la MACA

Selon son père, Dr Djama Joseph, pharmacien à Agboville, la jeune Nicole a obtenu plusieurs propositions d’études après le BAC: une bourse d’études offerte par le Royaume du Maroc et une affectation par l’Etat de Côte d’Ivoire, à la faculté de médecine de l’Université d’Abobo-Adjamé. Mais les parents ont finalement décidé d’inscrire la bachelière en pharmacie à Karnata collège of pharmacy de Bangalore en Inde, où se trouvait déjà son frère ainé. Après 6 mois de cours intensifs en anglais, Djama N’Cho Logbochi Nicole peut désormais entamer ses cours de pharmacie.

Lire aussi:   Sidy Diallo est mort : le président de la FIF n’est plus

« Les débuts n’ont pas du tout été faciles avec la barrière de la langue… Après le BAC en Côte d’Ivoire, la formation a duré environ 5 ans dont 6 mois de cours intensifs en anglais. Avec mon grand frère, nous étions les seuls Ivoiriens depuis 2005, à faire la pharmacie. Il n’y a pas de tronc commun ici (en Inde). Il suffit simplement de choisir la filière que vous souhaitez et on vous y affecte (…) Je suis très contente », se réjouit, depuis Bangalore, la nouvelle diplômée en pharmacie.

Lire aussi:   Suspension de 3 quotidiens ivoiriens : L’union des journalistes invite le Conseil national de la presse "à plus de pondération dans sa mission"

Tout en ajoutant : « La pharmacie n’est pas facile comme toute autre filière; il faut de la détermination, de l’abnégation, de la volonté. Il faut bosser dur et ne pas être influencé par le dehors… », nous confiera-t-elle dans un échange sur Internet. Désormais pharmacienne, le rêve de Djama N’Cho Logbochi Nicole, est de venir se mettre au service de son pays, la Côte d’Ivoire. Elle espère intégrer l’armée ivoirienne et/ou obtenir une bourse de l’Etat de Côte d’Ivoire pour aller approfondir ses études et revenir enseigner à l’Université.

Source: afriksoir

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here