Home Société Gnamien Konan: « Il n’y a absolument aucun intérêt à produire du cacao...

Gnamien Konan: « Il n’y a absolument aucun intérêt à produire du cacao et du café »

Gnamien Konan:
Gnamien Konan: "Il n’y a absolument aucun intérêt à produire du cacao et du café"

Les prix du cacao et du café payés aux planteurs pour la campagne 2021-2022 en Côte d’Ivoire, sont désormais connus. Ils ont été rendus publics, ce vendredi 1er Octobre 2021, par le Conseil Café-Cacao. Le prix bord champ du cacao bien fermenté, séché et bien trié a été fixé à 825 francs CFA le kilogramme, contre 1000 francs CFA pour la saison dernière.

Le café bien séché et bien trié, quant à lui, est fixé 700 francs CFA le kilogramme. Cette annonce des prix n’est pas du goût de bon nombre d’Ivoiriens dont l’ancien ministre de la Fonction publique, Gnamien Konan. Dans un post publié dans la soirée de ce vendredi, sur son compte twitter, le député de la circonscription de Brobo n’y est pas allé avec le dos de la cuillère pour fustiger le coût des principaux produits d’exportation de la Côte d’Ivoire.

Lire aussi:   Les femmes du CESEC organisent un Arbre de Noël au village SOS d’Aboisso

« Cacao, café, anacarde… Détruire nos forêts, notre biodiversité, détruire l’avenir des générations futures pour si peu, c’est une véritable malédiction qui perdure depuis bientôt un siècle. Il n’y a absolument aucun intérêt à produire, du cacao, de l’anacarde, du café et que sais-je encore si les producteurs ne les transforment pas eux-mêmes. », a déploré le député Gnamien Konan. Poursuivant, le natif de Botro village, s’est dit meurtri de voir que malgré toutes ces longues années, aucun véritable changement n’est enregistré.

Lire aussi:   Attaque en Côte d'Ivoire: une Macédonienne, volontaire de l'ONU parmi les victimes

« 825 francs le kg et 700 francs le kg. Vraiment rien n’a changé pour nous. Nous sommes toujours bel et bien les esclaves des blancs et maintenant des jaunes. » a-t-il regretté. Pour Gnamien Konan, il est temps de prendre conscience et d’orienter autrement cette politique pour que les pauvres populations qui ont consacré toutes leurs forces et énergies à ces plantations puissent véritablement gagner pour que le pays soit prospère.

Lire aussi:   Transport ivoirien: Une coordination syndicale exige une concertation avec le secteur pétrolier avant la réduction des coûts

 

Afriksoir

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here