HomeSociétéDétecteur de mensonge à l’africaine : le témoignage de l’employé d’une entreprise...

Détecteur de mensonge à l’africaine : le témoignage de l’employé d’une entreprise accusé de vol

Détecteur de mensonge à l'africaine : le témoignage de l'employé d'une entreprise accusé de vol
Détecteur de mensonge à l'africaine : le témoignage de l'employé d'une entreprise accusé de vol

Depuis ce matin, mardi 5 janvier, la vidéo d’un jeune ivoirien accusé de vol de 50.000 francs, fait le tour de la toile. Il s’appelle Deversaille et est passé au détecteur de mensonge d’une vieille féticheuse consistant à faire passer un balai sur le cou du présumé voleur. Au cas où vous êtes coupable, le balai devrait vous serrer le cou.

Ce buzz a réveillé les souvenirs d’un confrère écrivain, Chafr Bronzor, qui a publié un témoignage sur sa page Facebook. Il rappelle un fait où son patron d’alors a accusé des employés de vol. Ce dernier a fait venir un féticheur au sein de l’entreprise pour situer les responsabilités. La suite de l’histoire est surprenante, et vous le découvrirez en lisant attentivement le récit de notre ami :

« LE CAS DU BALAI DES SHERLOCKs MYSTIQUES 

Jeune employé, j’ai été confronté à un problème en entreprise impliquant le commercial et le gestionnaire des stocks. Moi étant le Responsable Commercial. Le stock physique était inférieur au stock théorique donc problème. Le Patron conclut automatiquement qu’il y’a vol à grande échelle d’ailleurs ! 

Lire aussi:   Côte d’Ivoire : un employé du Zoo licencié pour avoir dénoncé des anomalies

Le frère de mon Boss friand des arts divinatoires propose de faire venir un grand enquêteur qu’il connaît intimement. Et nous voilà face à un marabout supposé doué dans l’art de révéler au jour les grands voleurs. 

Le Sherlock mystique vint avec son attirail fait de feuille et procède selon le même système que le balai. 

Nous sommes appelés à tour de rôle, nous tous, le boss et son frère y compris. Comme on pouvait s’y attendre le boss n’est point coupable à plus forte raison son frère, parrain de Sherlock…

Et bizarrement nous qui refusions de reconnaître l’autorité du frère dans l’entreprise car ayant pour seul poste « frère du patron » sommes épinglés. 

Lire aussi:   Institut de cardiologie : un employé supprime des factures et fait perdre 92 millions à l'hôpital

Telles furent les conclusions de l’enquêteur mystique : 

– le commercial, cousin du boss est le voleur principal 

– le gestionnaire des stocks est son complice 

– Chafr Bronzor étant responsable sait tout mais couvre les autres. 

Satisfait de ses conclusions, le Boss paya le charlatan gracieusement. Mais incroyablement personne ne fut renvoyé.  

Financier et gestionnaire, je décidai de mener mon enquête et pris les fichiers de stock, les bons de livraison et les factures de plus de 3 ans et menai mon enquête répondant aux standards de la gestion. 

Conclusions : Plusieurs bons de livraison n’ont pas été enregistrés sur le fichier des stocks théoriques. Donc le stock physique demeure élevé malgré les livraisons, donc pas de vol. 

Lire aussi:   Gestion de l'eau : six pays à Lomé pour l'élaboration de la Charte de l'Autorité du Bassin de la Volta

Je vais présenter les preuves de notre innocence au DG qui reste tout honteux et me présente ses excuses. Mais il me propose des espèces sonnantes et trébuchantes en échange que je garde mes conclusions secrètes. Donc aux yeux du DG nous sommes innocents mais toute l’entreprise nous croit coupables. J’ai refusé et j’ai informé mes co-coupables ainsi que l’ensemble des employés.

Donc vos histoires de balai qui attrape voleur n’est que de l’arnaque sous d’autres cieux. Je parle en tant que victime. 

Appelez ces magiciens et dites leur qu’il y a vol sans qu’il y ait vol et je vous parie qu’ils attraperont un voleur parmi vous.  »

Ce témoignage de Chafr Bronzor nous emmène à nous interroger sur la véracité des détecteurs de mensonge mythiques tels que les balais.

Qu’en pensez-vous ? Votre avis sur la question.

Louis-César BANCÉ