HomeSociétéDestruction du poste de Gendarmerie de Gboguhé : le Général Apalo Touré...

Destruction du poste de Gendarmerie de Gboguhé : le Général Apalo Touré promet traquer les coupables

Destruction du poste de Gendarmerie de Gboguhé : le Général Apalo Touré promet traquer les coupables
Destruction du poste de Gendarmerie de Gboguhé : le Général Apalo Touré promet traquer les coupables

La localité de Gboguhé, localité de l’ouest de la Côte d’Ivoire et appartenant au département de Daloa dans la Région du Haut-Sassandra, été émaillée de violents troubles mettant en mal une position de la Gendarmerie nationale.

En effet dans la nuit du Mercredi 28 avril 2021, aux environs de 20 heures, sur la base d’informations mensongères relatives à un accident de la circulation impliquant une motocyclette et un véhicule de transport en commun avec mort d’homme sur l’axe Gboguhé – Daloa , une centaine d’individus mal intentionnés a pris pour cible le poste de Gendarmerie de Gboguhé en y mettant le feu.

Lire aussi:   Drame : le Général Makosso échappe à la mort dans l'incendie de son domicile au Burkina Faso

Dans un communiqué signé, ce 1er mai, par le Commandant Supérieur de la Gendarmerie Nationale, Alexandre Apalo Touré, la Gendarmerie nationale a condamné fermement cet acte criminel.

Général Apalo Touré :

» (…) Ces actes de vandalisme et de défiance contre les institutions de la République, mettent en péril la sécurité des populations et fragilisent la cohésion sociale. Ils ne sauraient donc être tolérés.

Une enquête est ouverte afin que les auteurs et leurs complices répondent de leurs actes devant les tribunaux. 

Lire aussi:   Incendie à Yopougon: un mort, les faits

C’est le lieu d’appeler encore une fois, tous les usagers de la route à la prudence et à l’observation des règles du Code de la circulation routière. »

Une tolérance zéro qui viendra très certainement faire réfléchir les futurs individus qui oseraient poser de tels actes anti citoyenneté. Aucune colère ne saurait justifier ce genre de violence contre la gendarmerie nationale, l’on est sans ignorer que nul n’a le droit de se faire justice.

Lire aussi:   Le chef de village de Kadjabo (Dimbokro) intronisé, après 36 ans d’attente