Home Société Désobéissance civile : point de la situation ce jeudi 22 octobre 2020

Désobéissance civile : point de la situation ce jeudi 22 octobre 2020

Désobéissance civile : point de la situation ce jeudi 22 octobre 2020
Désobéissance civile : point de la situation ce jeudi 22 octobre 2020

Le jeudi 6 août 2020, le Chef de l’État Ivoirien, Son Excellence Alassane Ouattara, dans son adresse à la Nation a dit vouloir briguer un autre mandat présidentiel pour les prochaines élections présidentielles. Protestations, indignations d’un côté et joies et satisfactions de l’autre côté pouvaient être constatées. Bonoua, Daoukro, Gagnoa, Divo, Bongouanou et maintenant Dabou ont payé le lourd tribut de ces manifestations éclatées.

Et pourtant, cette candidature d’Alassane Ouattara continue de constituer un problème pour l’Opposition car jugent-ils est illégale, anticonstitutionnelle et antidémocratique. C’est pourquoi le jeudi 15 octobre dernier, elle a appelé à une désobéissance civile.

Lire aussi:   Des producteurs apportent leur soutien au Directeur Général du Conseil Coton-Anacarde ( Déclaration)

Depuis, plusieurs manifestations ont été observées à Dabou, Ouragahio, Daoukro, Bongouanou, Kotobi, Arrah, Bouaflé, Yakassé-Attobrou, Gagnoa, Guiberoua, Oumé, Bingerville, Sinfra, Bangolo, Grand-Lahou, Agnibilékro, Bonoua, Issia, Aboisso, Tankessé, Niablé, Prikro, Brobo, Botro, Diabo/Languibonou, Toumodi, Transua, Jacqueville, Agboville, Akoupé, Alépé, Divo, Duekoué, Grand-Zatri, Bédiala, Sikensi, Soubré, Bonoua, Ferké et dans quelques communes d’Abidjan.

Ce jeudi 22 octobre 2020, les manifestants ont repris les rues avec les mêmes revendications. Voici le point de la situation de ces manifestations éclatées.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Yopougon, un incendie ravage des habitations au quartier Maroc, de nombreux dégâts matériels

À l’intérieur du pays, l’axe Grand Lahou – Fresco a été littéralement barré par des manifestants par des arbres.

Axe Grand Lahou – Fresco

Bocanda, localité baoulé située au centre de la Côte d’Ivoire, département du N’Zi, même modus operandi. Voie complètement barrée à l’aide d’un gros tronc d’arbre.

Bocanda

Ferkessédougou, région du Tchologo, à l’entrée de la ville, des pneus brûlés ont servi de barricades. Faut-il le rappeler, des cartes d’électeurs ont été détruites puis brûlés.

Lire aussi:   Côte d’Ivoire: la violence, le moyen d’actions des "microbes" et "gnambros"

Ferkessédougou

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here