Home Société Côte d’Ivoire: Répondant à Kandia, depuis Bouaké, Attaby catégorique «demain aucune mouche...

Côte d’Ivoire: Répondant à Kandia, depuis Bouaké, Attaby catégorique «demain aucune mouche ne doit voler»

Kandia dimanche à Ouragahio (g) et Pacôme Attaby à Bouaké ce lundi (Ph )

Côte d'Ivoire: Répondant à Kandia, depuis Bouaké, Attaby catégorique «demain aucune mouche ne doit voler»

-Lundi 13 Mai 2019 – Les membres de la Coalition du secteur éducation/formation de Côte d’Ivoire (Cosefci) comptent résister et aller jusqu’au bout de leur combat.

Malgré la mise en de la ministre de l’éducation nationale de l’enseignement technique et de la formation professionnelle, affirmant hier ne pas être d’accord avec la grève projetée demain mardi par certains enseignants du secondaire public, Pacôme Attaby, premier responsable de la Cosefci reste ferme sur son mot d’ordre grève.

Lire aussi:   La dépouille de Papa Wemba sera rapatriée en RDC, jeudi

En tournée de mobilisation ce lundi 13 mai à Bouaké, Pacôme Attaby a affirmé que demain mardi, aucune mouche ne doit voler dans la capitale du Gbêkê.

Pour lui, leur combat, c’est pour améliorer leurs conditions de vie. Attaby, répondant à ceux qui estiment que la Cosefci s’adonne à la politique a été clair ; «on se bat pour relever nos conditions de travail. Ce que nous faisons n’a rien de politique, on se bat pour améliorer nos conditions de vie», a-t-il déclaré.

« Ce que nous disons à Kandia Camara n’a rien de politique. Pour éprouver si on est dans politique ou on n’est pas dans politique, donnez nos indemnités de logements si demain encore on est dans grève on va dire ceux-là vraiment ils sont dans politique. C’est une question de conscience », a martelé le premier responsable de la Cosefci.

Lire aussi:   Enseignement supérieur: Ouverture du séminaire d’appropriation des réformes des finances publiques

Il a appelé tous les enseignants à observer demain mardi le mot d’ordre de grève.

« Je suis venu dire aux enseignants de Bouaké, demain aucune mouche ne doit voler à Bouaké. Nos camarades du Sénégal ont fait cinq mois de grève, au Mali, les camarades sont en grève, mais c’est nous en Côte d’Ivoire, le politique nous manipule. Je suis venu vous dire de résister, l’indemnité de logement on va l’avoir. Nous sommes nombreux nos enfants seront demain enseignants, traçons les sillons pour un travail décent. Si on ne se soude pas les coudes, on ne tue pas en nous la peur pour marcher dans l’intégrité on va rester pauvre », a-t-il conclu.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : La gestion des huiles usagées et huiles noires de vidange au centre des débats

Jean Chrésus

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook