HomeSociétéCôte d’Ivoire : L’attaque de N’Dotré a été menée par des mercenaires...

Côte d’Ivoire : L’attaque de N’Dotré a été menée par des mercenaires payés à 5000 dollars, voici les preuves

Côte d’Ivoire : L’attaque de N’Dotré a été menée par des mercenaires payés à 5000 dollars, voici les preuves
Côte d’Ivoire : L’attaque de N’Dotré a été menée par des mercenaires payés à 5000 dollars, voici les preuves

L’attaque de la base militaire de N’Dotré (Abidjan) a été menée par des mercenaires. Des documents retrouvés sur les trois assaillants tués, accrédite cette piste. L’enquête conduite par des éléments du 32è arrondissement de police d’Abobo a commencé à livrer des secrets.

Selon des documents consultés par Afriksoir.net, il a été trouvé sur les assaillants tués, des documents divers. A savoir des cartes d’identité libériennes et surtout un contrat non signé, en anglais, fixant la prime à 5 000 dollars, soit environ 3 millions FCFA.

Lire aussi:   Affaire identités des assaillants dévoilées : quand l'une des pièces sème la confusion, les détails

« Dans la nuit du 20 au 21 avril 2021, aux environs de 01 h 00, des individus non identifiés ont ouvert le feu sur les postes de garde de la base militaire de N’dotré dans la commune d’Abobo, avec l’intention certaine d’y pénétrer de force. La réaction immédiate des sentinelles de faction a donné lieu à des échanges de tirs nourris, obligeant les assaillants à prendre la fuite », a déclaré, dans un communiqué le Général de corps d’armée Lassina Doumbia, chef d’Etat-major des armées.

Lire aussi:   Attaque du camp de N'Dotré : voici pourquoi les assaillants étaient mal armés

L’attaque a causé la mort de trois assaillants. C’est sur ces derniers que des documents (passeports et permis de conduire libériens) qu’ils portaient dans des sacs à dos, ont été retrouvés. L’un des mercenaires se prénommait Kannah Jimmy, un autre Rinkins Bedell. C’est à lui qu’appartenait le badge retrouvé sur lui.

Notons que ce serait un Ivoirien, leur employeur, un certain Boka, agissant pour une entreprise réelle ou fictive, dénommée ALCI. Le prisonnier qui avait été blessé pourra peut-être aider à élucider cette affaire, s’il décide de parler. Il a été pris en charge, pour des soins.

Lire aussi:   Après les affrontements: la Croix-Rouge procède au recensement des déplacés à Bouna