Home Société Côte d’Ivoire : Grève dans le secteur éducation-formation, frappé de plein fouet,...

Côte d’Ivoire : Grève dans le secteur éducation-formation, frappé de plein fouet, le lycée Sainte Marie de Cocody à la recherche de solutions pour reprise des cours

– Jeudi 14 Mars 2019 -Le lycée Sainte Marie de Cocody n’est pas épargné par le mouvement de grève dans le secteur éducation-formation. 

Depuis le 22 janvier dernier, les lycéennes de cette école d’excellence ne font pas cours faute d’enseignants. 

Face à cette situation, les parents d’élèves de l’établissement ont entrepris des démarches auprès des enseignants pour que les cours reprennent.
Depuis le 4 mars dernier un comité ad’hoc comprenant 11 parents d’élèves a été mis en place au cours d’une Assemblée générale.
Après des rencontres avec les enseignants, le comité ad’hoc a convié dans la soirée d’hier, les parents d’élèves au sein de l’établissement, pour la restitution de la mission qui lui a été confiée.
Ce comité ad’hoc a été mis en place avec pour mission de rencontrer les enseignants de tel sorte qu’à l’instar des autres écoles où les cours ont lieu, les cours puissent également reprendre au lycée de Sainte Marie de Cocody. 
 
«Évidemment nous sommes sans ignorer que la grève est nationale mais nous estimons que les négociations étant en cours, il faut pouvoir leur donner une chance en permettant à tous nos enfants d’avoir cours au lycée Sainte Marie comme cela se fait ailleurs dans d’autres lycées, » a expliqué Evariste Ehoubi, porte-parole du comité ad’hoc.
«La grève est certes nationale, mais nous sommes le lycée Sainte Marie, »a-t-il insisté.
Le porte-parole du Comité ad’hoc a déploré que les enseignants du lycée Sainte Marie de Cocody s’engagent pour la première fois dans une grève. 
Selon lui, en prenant cette démarche, les parents d’élèves du lycée Sainte Marie souhaitent qu’elle puisse impacter tous les parents d’élèves de tous les lycées de Côte d’Ivoire vu la gravité du problème.
«Tous les parents d’élèves doivent se sentir concerner de tel sorte pour une fois, nous sentons leur mobilisation dans la recherche des solutions à cette crise, » a précisé M. Ehoubi.
Plusieurs parents d’élèves ont répondu hier à l’appel du Comité ad’hoc, malheureusement, les enseignants n’étaient pas présents parce qu’il n’ont pas été conviés à cette rencontre.
Le Président du Comité ad’hoc a avoué qu’il est difficile d’associer pour l’instant, les enseignants à cette rencontre.
«Nous avons eu deux rencontres avec eux, la première fois déjà le 5 mars dernier, la seconde fois, le 11 mars, en début de semaine, »a-t-il mentionné. 
Selon lui au cours de ces différentes discussions avec les enseignants, de façon invariable, ils disent qu’ils restent attachés aux décisions de l’intersyndicale.
Le Président a indiqué que les parents d’élèves redoutent une année blanche, c’est pourquoi, ils demandent absolument à l’autorité et toutes les personnes vers qui ils vont pour faire la médiation entre les deux groupes antagonistes. 
«L’année blanche est décrétée pour une seule année mais ses implications peuvent durer plusieurs années et nous ne souhaitons pas cela à nos filles, »s’est justifié M. Ehoubi, affirmant que les parents d’élèves sont animés en ce moment d’un sentiment de désarroi sans nom.
«Aujourd’hui, nous voulons faire comprendre à nos frères parents d’élèves que nous devons nous mobiliser pour aider dans la recherche de la solution, » a conclu le Président du Comité ad’hoc.
La rencontre d’hier s’est déroulée en présence du Proviseur du lycée Sainte Marie de Cocody, de Sarr Mars Augustin de la DREN Abidjan 1 ainsi que de plusieurs autres responsables d’associations dont Kabran épouse Aman Koffi, Présidente du Bureau exécutif du Comité de gestion de cet établissement.
La Présidente du COGES a reconnu que la grève est suivie à 60% au sein de l’établissement.
«90% était le taux de suivi de la grève au niveau du lycée Sainte Marie. Mais au fur et à mesure des interventions, négociations des parents d’élèves, avec enseignants, certains ont repris les cours. Aujourd’hui à Sainte Marie la grève est suivie à 60%, » a indiqué Kabran épouse Aman Koffi.
Pour elle, la rencontre d’hier a permis de continuer la réflexion pour une reprise effective des cours au lycée Sainte Marie, même si elle est consciente que les revendications des enseignants sont nationales.
Tout comme le porte-parole du comité ad’hoc, la Présidente du COGES redoute une année blanche.
«Il faut valider 26 semaines de cours pour que nos diplômes soient reconnus. Dans un seul semestre nous enregistrons 7 à 8 semaines sans faire de cours il est normal qu’un parent soit angoissé, il est normal qu’on redoute l’année blanche, »a mentionné Kabran épouse Aman Koffi.
Elle a conclu que des actions seront menées par le COGES en vu de rencontrer les autorités pour parler de l’éducation et faire partager avec elles l’angoisse des parents d’élèves.
Le Proviseur, madame Adou a pour sa part rassuré les parents d’élèves que le lycée Sainte Marie pourra faire ses examens blancs le lundi prochain.
Elle a par ailleurs révélé que depuis 3 ans qu’elle est à la tête de cet établissement, aucun syndicat d’enseignant ne s’est déclaré, donc elle ne comprend pas l’attitude des grévistes.
Enfin hommage a été rendu aux professeurs de SVT et de Sciences physiques qui n’ont jamais déposé la craie malgré le débrayage de leurs collègues des autres matières.
Wassimagnon

Côte d'Ivoire : Grève dans le secteur éducation-formation, frappé de plein fouet, le lycée Sainte Marie de Cocody à la recherche de solutions pour reprise des cours

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Abidjan annonce le paiement de sa contribution à la construction du siège du Bureau Régional de la FIBA

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook