Home Société Côte d’Ivoire : Axe Bouaké-Béoumi, périlleuse traversée pour tous, ministre et journalistes...

Côte d’Ivoire : Axe Bouaké-Béoumi, périlleuse traversée pour tous, ministre et journalistes pris à parti

Vendredi sur l’axe Bouaké-Béoumi (ph KOACI)
– Vendredi 17 Mai 2019 – La situation sécuritaire à Béoumi depuis le déclenchement du conflit inter-ethnique entre Baoulé et Malinké est très alarmante comme constaté sur place par KOACI.

La traversée du ministre de la communication et des médias Sidi Tiémoko Touré, en vue de trouver une issue favorable à la crise qui secoue sa localité depuis le Mercredi 15 Mai dernier entre Malinké et Baoulé, a été semée d’embûches durant le trajet pour joindre Béoumi ce Jeudi 16 Mai.

Des barricades dressées sur la voie à l’intersection de différents villages pour empêcher l’envoyé du gouvernement de se rendre à Béoumi aux alentours de 18 heures ont, avec l’intervention musclée des forces de l’ordre qui l’escortaient, pu être levées pour permettre à l’émissaire de joindre sa destination.

Après la fin de la rencontre vers 21 heures, organisée chez le préfet Djedj Mel entre le ministre et différents acteurs concernés dont KOACI a fait écho dans un précédent article, le ministre aurait envisagé de séjourner dans son domicile sous haute protection des forces armées afin de s’enquérir de l’état de santé des nombreux blessés ce Vendredi 17 Mai, pendant que des hommes de médias embarquent dans le véhicule d’un confrère parti également couvrir l’activité pour rejoindre Bouaké, avec à travers son journaliste qui a usé d’une moto pour prendre la route.

Lire aussi:   Mutinerie : Le gouvernement solde ses comptes et maintient la pression

Entre les différents checkpoints jusqu’à Bouaké, les contrôles étaient légions. Arrêté de part et d’autre, le patronyme figurant sur la carte de presse et la pièce d’identité, minutieusement vérifié par ceux qui pouvaient bien lire, faisant état de mon appartenance à une région, non concernée par ce conflit, m’a fait sortir de cette pénombre aux alentours de 01 heures du matin.

Les confrères dans le véhicule, avec des identités différentes, ont eu leur salut grâce à des interventions inopinées des forces de l’ordre qui passaient par là.

« À 3 kilomètres de la ville de Béoumi, précisment à Assouafè, un immense barrage est érigé sur la voie à l’aide d’un camion incendié et d’un arbre. Nous avions eu la vie sauve grâce à l’intervention des forces de la gendarmerie. Passés ce cap, à quelques 100 mètres de là, d’autres barricades sont encore érigées par des populations villageoises surexcitées, munies de machettes et de fusils de chasse. Ces derniers intiment à la délégation à rebrousser chemin.

Lire aussi:   Plaidoyer d’un acteur de la société civile pour des « Assises nationales » sur la réconciliation

Comme si cela ne suffisait pas à Golikro, village situé à 15 kilomètres de Béoumi, des jeunes manifestants font encore un blocus sur notre cortège, nous lançant parfois des propos tribaliques en ces termes, « on ne veut pas de Sidi Touré. On veut Jean Marc Kouassi notre maire. Où sont les Dioulas, on va vous descendre ici ! Béoumi c’est pour les Baoulés et non les Dioulas. On ne veut plus d’eux ici ! » Des minutes plus tard, nos ravisseurs ont finalement fait profil bas en cédant le passage grâce à notre dilligence.

À Assékro, autre village situé à 19 kilomètres de Béoumi nous accueille avec la même ambiance. Cette fois, notre véhicule a été rudoyé de coup de gourdins. Mes confrères à bord dudit véhicule, sont tous pris de peur face à cet énième situation du fait de leur identité. C’est encore grâce au secours des forces de défense qui, comme par enchantement passaient sur la voie, que nous avions décamper de ce village pour arriver à Bouaké aux environs de 2 heures du matin.» relate un confrère qui a été visiblement effrayé par ce périple.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Yamoussoukro, le Préfet invite les Forces de défense et de sécurité à un changement de comportement

À ce jour, l’accès à Béoumi à travers différents axes est soumis à un contrôle rigoureux de pièces d’identité, effectué par les protagonistes.

Malgré la rencontre du ministre Sidi Touré avec des acteurs en conflit et autres autorités pour une issue favorable, le bilan ne cesse de s’alourdir, avec toujours des barrières à tout va, raison d’un déploiement futur d’environ 300 soldats dans la localité pour une véritable sécurisation.

T.K.Emile

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook