Home Société Côte d’Ivoire : Aucun Mauritanien détenu après l’attaque de Doropo

Côte d’Ivoire : Aucun Mauritanien détenu après l’attaque de Doropo

Côte d’Ivoire : Aucun Mauritanien détenu après l’attaque de Doropo
Côte d’Ivoire : Aucun Mauritanien détenu après l’attaque de Doropo

Aucun Mauritanien n’est détenu, à ce jour du mercredi 7 juillet 2021, dans le cadre de l’attaque terroriste de Doropo. Les cinq ressortissants de la Mauritanie qui avaient été interpellés, dans le cadre des enquêtes, suite à cette affaire, et gardés à vue, durant 72 heures, ont été relâchés, assure Cheikh S’heibou, premier conseiller de l’ambassade de Mauritanie en Côte d’Ivoire.

Dans la nuit du 30 au 31 décembre 2020, un groupe armé, soupçonné terroriste, a attaqué une position de la gendarmerie, dans la localité de Koguienou, dans le département de Doropo (Nord-Est) de la Côte d’Ivoire. Un gendarme avait été tué. L’attaque, non revendiquée, avait été attribuée à un groupe terroriste, comme celle qui avait visé, en juin, de la même année, la localité de Kafolo, située à un peu plus au Nord de la Côte d’Ivoire, frontalière avec le Burkina Faso.

Lire aussi:   Démarrage des travaux de réhabilitation du pont métallique effondré à Dimbokro

Dans un article, le site de Jeune Afrique a révélé que «les autorités ivoiriennes ont établi avec certitude que des groupes salafistes mauritaniens étaient impliqués dans ces attaques. Environ 2 millions d’ouguiyas ont servi à financer celle de juin 2020 à Kafolo, ayant causé la mort de 14 soldats ivoiriens. Cinq ressortissants de ce pays, par qui les fonds auraient transité, ont été arrêtés ».

Le site précisant que sept Mauritaniens « sont incarcérés, suite aux différentes attaques terroristes en Côte d’Ivoire. Selon Cheick S’heibou, premier conseiller de l’ambassade de la République islamique de Mauritanie en Côte d’Ivoire, cinq ressortissants mauritaniens, ont été arrêtés par une Force spéciale, le vendredi 26 juin 2021, à Doropo, dans le cadre de l’attaque de Koguienou, cependant « tout le monde a été libéré, trois jours plus tard, le lundi 29 juin, à 10h, après une enquête de routine ».

Lire aussi:   Côte d’Ivoire : retour au calme après des tirs à l’école de police d’Abidjan

Les enquêteurs n’ayant rien trouvé de compromettant contre les cinq ressortissants mauritaniens, qui sont, en majorité des commerçants établis depuis plusieurs années, dans la région. De sorte qu’aucun Mauritanien n’est détenu, à ce jour, dans l’affaire de l’attaque de Koguienou. Selon Cheick S’heibou, sept Mauritaniens ne sont donc pas incarcérés en Côte d’Ivoire, dans le cadre des affaires terroristes.

Un seul, un jeune commerçant mauritanien né et vivant en Côte d’Ivoire, avait été arrêté, après l’attaque de Kafolo. Il tenait un commerce à la frontière avec le Burkina Faso et les enquêteurs le soupçonnent d’avoir servi des vivres et non-vivres aux terroristes. Les proches de ce dernier soutiennent qu’il s’agit d’une méprise, étant donné qu’il est commerçant et qu’il a pu vendre des vivres ou non-vivres à des individus dont il ignorait la véritable identité.

Lire aussi:   Le Grand Serigne de Dakar à son départ d'Abidjan: " l'engagement de Mesmin Comoé engage notre crédibilité et honorabilité''

Détenu à Abidjan, avec d’autres terroristes présumés de diverses nationalités, il n’a pas encore été jugé. Signalons que suite aux attaques de Grand-Bassam, en mai 2016, plusieurs personnes avaient été arrêtées, dont deux Mauritaniens. Ceux-ci ont été libérés en 2019, la justice n’ayant pas pu établir de lien direct entre eux et la bande à Kunta Dalla, cerveau principal de ladite attaque.

Source: afriksoir

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here