Home Société Côte d’Ivoire: A Daloa, des fonctionnaires dans la rue pour protester après...

Côte d’Ivoire: A Daloa, des fonctionnaires dans la rue pour protester après l’assassinat d’un professeur d’Anglais

Manifestation des fonctionnaires lundi à Daloa (Ph KOACI)

Côte d'Ivoire: A Daloa, des fonctionnaires dans la rue pour protester après l'assassinat d'un professeur d'Anglais

– Lundi 20 Mai 2019 – Enseignants, agents de santé et élèves étaient ce lundi 20 Mai 2019 dans les rues de Daloa pour protester contre l’assassinat de leur collègue fonctionnaire.

Comme constaté par , dans la cité des antilopes, élèves et fonctionnaires étaient dans les rues pour marquer leur indignation suite à l’assassinat de Wilson Bony Kouamé, professeur d’anglais par des coupeurs de route sur la voie Daloa-Bediala.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Mutinerie, les populations et la société civile réclament justice pour tous morts

Le décès hier dimanche du professeur d’Anglais à Daloa suite à une attaque du véhicule de transport dans lequel il était par les coupeurs de routes n’a pas laissé ses collègues et cadres indifférents.

Tôt ce lundi matin, les rues de Daloa ont été assaillies par tout le corps enseignant et les élèves pour dénoncer l’insécurité galopante dans la ville.

Ainsi pour marquer leur indignation face à l’insécurité à laquelle est confrontée des fonctionnaires dans la sous-préfecture de Bediala département de Daloa, les professeurs ont fait une marche de protestation.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Yamoussoukro, déploiement des forces Onusienne sur une artère, panique dans la ville

Enseignants, agents de santé, tous les fonctionnaires et les élèves ont répondu présent pour exprimer leur indignation face à l’insécurité grandissante à Daloa.

Notons que c’est dans la nuit d’hier dimanche aux environs de 19h30 TU, revenant de Daloa pour se rendre à son poste à Bediala que le professeur d’anglais au collège moderne de Bediala a été abattu par des coupeurs de routes.

 
 

Jean Chrésus

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Agnès Monnet à la fête de liberté des « Gbagbo ou rien » « je voudrais dire merci de m'avoir accueilli comme on accueille l'enfant prodige »

Source : Koaci

Cet article a été relayé par un programme informatique depuis le site

Commentaires Facebook