Home Société Comment la mafia italienne a fait d’Abidjan la plaque tournante de la...

Comment la mafia italienne a fait d’Abidjan la plaque tournante de la drogue : Voici l’enquête exclusive d’un journal québécois

Comment la mafia italienne a fait d’Abidjan la plaque tournante de la drogue : Voici l’enquête exclusive d’un journal québécois
Comment la mafia italienne a fait d’Abidjan la plaque tournante de la drogue : Voici l’enquête exclusive d’un journal québécois

La mafia italienne au cœur du trafic de drogue à Abidjan, en Côte d’Ivoire la plaque tournante de la drogue : Voici l’enquête exclusive de Vice, un journal québécois, qui a suivi des pistes.

« Il y avait des sacs remplis de coke sur toute la côte » : on a suivi la piste de la Ndrangheta jusqu’au port de transit d’Abidjan, maillon indispensable du réseau de la mafia italienne. Si vous aimez sniffer, et que vous comptez bien y aller de plus belle avec le déconfinement, voici un petit retour à la réalité pour vous : la trace coke que vous appréciez tant ne fait pas seulement des ravages dans votre nez, mais aussi en Afrique de l’Ouest. VICE est parti en mission à Abidjan, ville portuaire et capitale économique de la Côte d’Ivoire, mais aussi haut lieu stratégique du trafic de cocaïne.

Corona ou pas, des navires chargés de cocaïne continuent d’arriver dans les ports de Rotterdam et d’Anvers. Ces dernières semaines, des quantités record ont été interceptées à l’aéroport de Zaventem. En mars, 1 133 tonnes de cocaïne ont été découvertes en Belgique. À l’étranger, 1 368 tonnes supplémentaires ont été interceptées en destination de notre pays.

On a suivi la piste de la ‘Ndrangheta jusqu’au port de transit d’Abidjan, maillon indispensable du réseau de la mafia italienne. Cette première partie de la série en cinq épisodes commence donc à la fin de la mission. Au milieu de l’année dernière, d’importants dirigeants de la mafia italienne ont été capturés dans la capitale ivoirienne. Les policiers français qui ont organisé la rencontre avec nous souhaitent nous voir sur la plage du village de pêcheurs abandonné d’Assouindé, à une heure de route d’Abidjan.

« La mafia colombienne a réussi à faire de la Côte d’Ivoire, un État défaillant, un maillon indispensable du commerce international de la cocaïne »

On séjourne dans le village, à côté de la route côtière qui (ironiquement) s’appelle Assouindé-Mafia, on attend la dernière et probablement plus importante interview de notre projet. L’agent de police français ne cesse de changer la date, l’heure et le lieu de la rencontre, peut-être par mesure de sécurité. Entre-temps, on n’arrête pas de se faire emmerder par un vendeur de statuettes africaines trop insistant du nom de Yahya. Plus tard, il s’avèrera qu’il est accro au crack. On passe nos soirées sur le site de construction qui appartient à Awad*, le fils d’un millionnaire libanais d’Abidjan qui rêve d’ouvrir un hôtel. Le chantier sert désormais à la colonie d’artistes rastafari. D’une manière ou d’une autre, les conversations finissent toujours par tourner autour de la cocaïne, sans même qu’on les y pousse. 

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : «Affaire d'une attaque en préparation dans le nord du pays», l'auteur du post interpellé

Mafia italienne et cartel de la drogue à Abidjan

« Un matin, elle s’échouait sur la côte, on s’est littéralement fait submerger », dit Babacar, un grand rastafari qui supervise le chantier. « Un bateau d’Amérique du Sud se faisait poursuivre par un bateau de police et le capitaine n’a rien trouvé de mieux à faire que de jeter toute la marchandise par dessus bord. On trouvait des sacs en plastique remplis de coke sur toute la côte de l’Afrique de l’Ouest. Encore aujourd’hui, ça arrive. »

La grande différence, c’est que la France n’est pas frappée par la même pauvreté, le même chômage vertigineux, les mêmes violences, le même gouvernement corrompu, sans parler de la police. La mafia colombienne a réussi à faire de la Côte d’Ivoire, un État défaillant, un maillon indispensable du commerce international de la cocaïne.

« La ‘Ndrangheta, entre autres, s’occupe d’assurer le transport d’Abidjan vers l’Italie et la Belgique »

Le coke à destination d’Anvers, de Naples ou de Rotterdam fait souvent escale à Dakar, Lagos ou Abidjan d’abord. Dans le monde de la lutte internationale contre la criminalité, cette route est appelée Highway 10, référence à la dixième latitude, et c’est la route la plus courte de l’Amérique du Sud à l’Afrique de l’Ouest. Pendant des siècles, des millions d’esclaves ont été amené en Amérique par cette route, maintenant ce sont des dizaines de tonnes de cocaïne qui partent dans la direction opposée chaque année. La ‘Ndrangheta, entre autres, s’occupe ensuite d’assurer le transport d’Abidjan vers l’Italie et la Belgique.

Lire aussi:   Cote d'Ivoire : une centaine de malades de dengue confirmés

On doit donc y rencontrer Sylvain Coué, l’agent qui avait arrêté en pleine nuit dix-huit suspects de cette opération quelques semaines avant cet entretien. Le rendez-vous a déjà changé plusieurs fois d’heure et de date, mais le dernier jour de notre séjour, on reçoit le message de confirmation. Dans un bar sous un grand voile foncé, près de là où les pêcheurs mettent les bateaux à l’eau, il n’y aura pas un, mais trois agents de police.

Les propriétaires du dépôt n’appartenaient pas à la « Ndrangheta mais à la Camorra, la mafia napolitaine. Ils tenaient également la pizzeria « Regina Margherita » au centre d’Abidjan. « Tout se passait autour de ce restaurant et comme j’avais besoin d’un nom pour l’opération, je l’ai baptisée “The Spaghetti Connection”. Je pensais que ça ferait rire tout le monde. Pizza Connection, French Connection, Italian Connection, ils avaient tous été utilisés auparavant. Ce n’était certes pas un restaurant de spaghetti, mais bon. »

« Dans les domiciles des suspect·es, on a retrouvé des Uzis, des armes automatiques, 100 000 dollars en cash, des voitures de luxe et un nombre impressionnant de montres de luxe »

Les agents des brigades de stupéfiants de France, Brésil, Nigeria, Burkina Faso, Togo, Benin et Ghana se sont rassemblés à Abidjan sous couvert d’une police maritime. Le Guardia di Finanza de Genua, la direction centrale de stupéfiants de Rome et la police de Reggio Calabria formaient la délégation italienne. Le 6 juin, les forces de l’ordre sont entrées en action.

« Un bateau d’Amérique du Sud se faisait poursuivre par un bateau de police et le capitaine n’a rien trouvé de mieux à faire que de jeter toute la marchandise par dessus bord. On trouvait des sacs en plastique remplis de coke sur toute la côte de l’Afrique de l’Ouest ».

«Nous avions 18 équipes pour un nombre égale de cibles », raconte Sylvain, « il était six heures du matin et on les a tou·tes sorti·es du lit et placé·es sous arrestation. Tout le monde se trouvait à Abidjan, à l’exception d’un Italien qu’on a arrêté à la frontière du Liberia.» Dans les domiciles des suspect·es, on a retrouvé des Uzis, des armes automatiques, 100 000 dollars en cash, des voitures de luxe et un nombre impressionnant de montres de luxe. « L’attirail classique du bon maffioso, quoi », commente Sylvain. Des 18 suspect·es, seulement cinq pouvaient être retenu·es grâce aux preuves suffisantes. Il s’agit de quatre Italiens et une Ivoirienne.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Des bandits emportent 103 téléphones portables à Cocody

« Ça a donné de quoi réfléchir au gouvernement : il fallait prendre tout ça au sérieux », dit Sylvain, « Huit tonnes est une quantité gigantesque. Ça fait 30 ans que j’évolue dans ce milieu, et je n’ai toujours pas la moindre idée de comment il est possible de distribuer de telles quantités, ni de les dissimuler. Que se passe-t-il avec tous ces bénéfices ? Servent-ils au financement d’activités terroristes ?

Intégralité de l’enquête à lire sur Vice.com

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here