Home Société Attentat de Grand-Bassam : un présumé complice réclame justice

Attentat de Grand-Bassam : un présumé complice réclame justice

Attentat de Grand-Bassam : un présumé complice réclame justice
Attentat de Grand-Bassam : un présumé complice réclame justice

C’est un jeune ivoirien du nom de Barry Hassan dit Sam Barry Battesti. Il est actuellement en détention à la Maca.

Il a été arrêté le 26 mai 2016 à 13 heures dans le restaurant dénommé  » Le Titanic » sis dans la commune de Koumassi. Soupçonné d’être de mèche avec les terroristes qui ont endeuillé la Côte d’Ivoire, précisément la ville de Grand-Bassam en 2016, le jeune Barry Hassan a été écroué à la prison civile de Yopougon.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Crise à Fraternité matin, Nabagné Koné rencontre les quatre syndicats et les délégués du personnel

Depuis ce jour, la vie s’est arrêtée pour ce présumé complice des djihadistes. Sur vingt trois (23) personnes interpellées et écrouées à la prison civile de Yopougon dans le cadre de l’enquête de cette attaque armée, dix-neuf (19) d’entre elles ont été remises en liberté. Il ne reste donc plus que quatre(4) personnes en détention. Alors que Barry Hassan s’attendait à ce que l’affaire passe enfin en jugement pour prouver devant le tribunal qu’il n’y est pour rien dans ce dossier d’attentat, que nenni !

Lire aussi:   Médias : le congrès de l’OJPCI fixé au 04 août après une médiation du ministère de la communication

Selon un membre de la famille, toutes les démarches administratives entreprises aussi bien par les parents que les organisations des droits de l’homme, sont restées vaines, alors que, semble-t-il, l’enquête a été bouclée depuis 2019. Excédé par cinq (5) ans de détention préventive, Barry Hassan, aurait adressé, via les réseaux sociaux, un courrier aux autorités judiciaires pour les interpeller sur la situation qui est la sienne à la Maca.

Lire aussi:   Côte d’Ivoire : le bilan de l’attaque de Grand-Bassam s’élève désormais à 19 victimes

Il n’en fallait pas davantage pour irriter l’administration pénitentiaire. Depuis quelques jours donc, Barry Hassan qui ne demandait simplement qu’à être jugé, a vu bien au contraire, les conditions de sa détention se durcir. Drastiquement. Il croupit désormais dans la cellule 115 du bâtiment C, une cellule où voir la lueur du jour, relève d’un miracle. Au nom de la présomption d’innocence qui va donc sauver le jeune Barry Hassan ?

P. L

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here