HomeSociétéAttaque de N’Dotré : « Ces gars-là n’étaient pas venus pour s’amuser...

Attaque de N’Dotré : « Ces gars-là n’étaient pas venus pour s’amuser »

Attaque de N’Dotré : « Ces gars-là n’étaient pas venus pour s’amuser »
Attaque de N’Dotré : « Ces gars-là n’étaient pas venus pour s’amuser »

Les téléphones des assaillants ont commencé à parler. On en sait un peu plus sur l’attaque du camp militaire de N’dotré. Après avoir neutralisé les assaillants, les autorités militaires et judiciaires en charge de l’enquête, ont saisi des téléphones portables que ceux-ci détenaient.

La révélation a été faite par le commissaire du gouvernement, Ange Kessy, au 20h de la télévision nationale, le jeudi 22 avril 2021. « Les enquêteurs ont récupéré des portables sur les corps », a-t-il fait savoir. Et le procureur militaire d’ajouter : « Au moment où on prenait les corps, les portables qui appartenaient à ces assaillants crépitaient et les numéros qui s’affichaient étaient ceux du Liberia ».

Lire aussi:   Coopérative agricole : Mme MABRI apporte son soutien aux femmes rurales de Danané

Selon lui, ces numéros ont été relevés. « Nous nous sommes dit que ce sont des gens qui ont leur base au Liberia et qu’à cette heure-là, leurs complices appelaient pour savoir où ils en étaient ». Une autre révélation faite par le commissaire du gouvernement, c’est l’identité de ceux qui ont perpétré l’attaque.

Sur les quatre, trois ont été nommément identifiés. Deux sont des Libériens et un est Ivoirien. Les deux Libériens s’appellent Bedell Rikins, né en 1978 et Kana Jiny, né en 1975. Le seul Ivoirien du groupe se nomme Gnepka Mani Valentin, né à Tabou en 1976. Le quatrième homme n’a pu être identifié, faute de détenir sur lui une pièce d’identité.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Aucune cérémonie d' indemnisation des victimes des crises survenues au pays n'est prévue samedi à Yopougon

Le procureur militaire a, par ailleurs, révélé que le quatrième assaillant a livré quelques informations précieuses avant de succomber de ses blessures, à l’hôpital. Il a souligné qu’ils ont eu « 10 à 15 minutes de communication avec lui ». Cela, a-t-il poursuivi, devrait aider à faire avancer l’enquête, dont il a promis de rendre les résultats publics.