Home Société Accusé d’être un évadé, Issiaka Diaby répond : « Certains sont accueillis en...

Accusé d’être un évadé, Issiaka Diaby répond : « Certains sont accueillis en fanfare après des crimes »

Accusé d'être un évadé, Issiaka Diaby répond :
Accusé d'être un évadé, Issiaka Diaby répond : "Certains sont accueillis en fanfare après des crimes"

Suite à son dossier massif, Ivoir’Hebdo, le journal d’investigation est rentré en contact avec le président du Collectif des victimes en Côte d’Ivoire (CVCI), Issiaka Diaby pour avoir sa part de vérité. Celui-ci en a profité pour répondre à ses détracteurs.

Interrogé par Ivoir’Hebdo, Issiaka Diaby, président du Collectif des victimes en Côte d’Ivoire donne sa part de vérité et s’en prend à ses détracteurs. « A chaque fois que je fais une sortie on trouve des choses pour me fragiliser. A ce que je sache, je n’ai jamais injurié quelqu’un, qu’ils continuent. Quand je mène mes activités je les fais à visage découvert. Certains ont commis des crimes ici en Côte d’Ivoire et ont été accueillis en fanfare, en fin de compte. », défend-il auprès d’Ivoir’Hebdo.

Lire aussi:   Côte d’Ivoire/ La communauté éducative exhortée à s’engager pour des examens de fin d’année réussis

Une allusion faite à l’ex-président Laurent Gbagbo, rentré en Côte d’Ivoire le 17 juin et acquitté par la Cour pénale internationale. Celui-ci a été condamné à 20 ans, par la justice ivoirienne.

D’où Issiaka Diaby d’indiquer au journal Ivoir’Hebdo qui’il est plutôt un justicier du peuple. « Moi qui défends le petit peuple, c’est à moi qu’on s’en prend. Mais c’est mon choix et je l’assume. », présente-t-il au journal.

A la question d’Ivoir’Hebdo sur ce qu’il pense de sa propre affaire (il a été jeté à la MACA pour escroquerie et s’en est évadé lors de la crise postélectorale), il affûte les arguments suivants. « Je ne peux pas me prononcer sur la question. Qu’est-ce que ça nous apporte, vous et moi ? Ça apporte quoi au processus de réconciliation nationale ? Ça c’est leur problème qu’ils écrivent ce qu’ils veulent. Ce que les gens écrivent sur moi, qu’est-ce que ça apporte au pays ? Même dans la famille, tout le monde n’est pas d’accord pour la même chose. », s’exprime-t-il.

Lire aussi:   SE Mme Ameenah Gurib-Fakim au ministre Jean-Louis Billon : Nous allons renforcer les échanges avec un pays ami qui est la Côte d’Ivoire

Ainsi donc pour un équilibre de l’information, Ivoir’Hebdo est rentré en contact (par téléphone) avec le président du Collectif des victimes en Côte d’Ivoire, Issiaka Diaby pour sa part de vérité sur cette affaire.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here