Home Politique Yopougon : un siège du FPI attaqué, ce samedi, par des personnes...

Yopougon : un siège du FPI attaqué, ce samedi, par des personnes armées (Communiqué)

Yopougon : un siège du FPI attaqué, ce samedi, par des personnes armées (Communiqué)
Yopougon : un siège du FPI attaqué, ce samedi, par des personnes armées (Communiqué)

Décidément, les tensions sociopolitiques s’intensifient en Côte d’Ivoire au fur et à mesure que la date officielle de l’élection présidentielle approche. Dans un communiqué publié ce samedi 17 octobre, le Front Populaire Ivoirien branche Laurent Gbagbo fait état du saccage d’un de ses sièges dans la commune de Yopougon.

Un siège du FPI, l’un des mastodontes de l’opposition ivoirienne, a été attaqué par des hommes armées dans la matinée de ce samedi 17 octobre 2020 à Yopougon-Sicogi.

Lire aussi:   Côte d’Ivoire : la présidentielle sème la zizanie...

‹‹ Le siège de la fédération FPI de Yopougon, sis à la SICOGI-PMI, a été attaqué ce matin par des personnes, non identifiées, armées de machettes, pendant que les camarades militants de la fédération de Yopougon se retrouvaient en Assemblée générale extraordinaire, devant statuer sur la situation socio-politique.››, apprend-on dans un communiqué publié sur la page Facebook officielle de ce parti dont le référent politique est Laurent Gbagbo.

Une attaque qui survient à la veille du premier meeting de campagne du président sortant Alassane Ouattara alors que ses opposants lui contestent encore un autre mandat après 10 ans passés à la tête de l’exécutif ivoirien.

Lire aussi:   Doumbia Major au FPI : « laissez Gbagbo tranquille, ne le mélangez pas dans votre palabre PDCI RHDP »

S’agit-il d’un règlement de comptes interne ou d’un acte de vandalisme commandité par des adversaires politiques ? Pour l’instant, les raisons de cette attaque ne sont pas encore déterminées.

Rappelons que depuis l’annonce, le 6 août dernier, de sa décision de candidater à un autre mandat après deux mandats successifs, le président Alassane Ouattara fait face à une contestation sans précédent.

La constitution ivoirienne de 2016 prévoit deux mandats. Mais le président et son camp estiment que celui-ci sera le premier de la nouvelle République. Un argument qui apparaît aux yeux de l’opposition comme une couleuvre qu’elle est loin de vouloir avaler.

Lire aussi:   Côte d’Ivoire: La coalition au pouvoir juge “ridicule d’internationaliser le contentieux électoral”

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here