Home Politique Yopougon : interdiction du meeting du CNDS, des partisans de Soro résistent

Yopougon : interdiction du meeting du CNDS, des partisans de Soro résistent

Yopougon : interdiction du meeting du CNDS, des partisans de Soro résistent
Yopougon : interdiction du meeting du CNDS, des partisans de Soro résistent

A Yopougon, le Congrès national des soroïstes (Cnds) avait prévu, ce samedi, de tenir un meeting. La rencontre n’a pu se tenir. Hugues Lago, président de cette organisation en donne les raisons.

Déclaration de presse du CNDS relative à l’interdiction du meeting du 11 septembre 2021 à la place cp1 de Yopougon. Chers amis, je vous remercie d’avoir répondu à notre invitation et de nous donner l’occasion d’analyser avec vous, la décision des autorités municipales de Yopougon de nous refuser l’Espace dénommé Place CP1 pour notre Grand Meeting prévu pour ce jour Samedi 11 Septembre 2021 à partir de 08h.

La déclaration que je m’en vais lire s’articulera autour de trois (03) grands Axes, à savoir : D’abord, les démarches entamées pour l’obtention de la Place CP1 (I) ; Ensuite, l’observation que nous faisons de cette décision (II) et, enfin, nos perspectives (III).

I/ LES DÉMARCHES ENTREPRISES

Je veux avant tout propos, préciser que la place CP1, à l’instar des autres espaces comme FICGAYO, est un espace public dont l’occupation est soumise à un accord préalable de l’autorité municipale. Ainsi, le Lundi 02 Août 2021, à 8h, nous avons déposé un courrier de demande d’occupation de la place CP1 adressé à Mr le Maire de la Commune de Yopougon.

Le même Lundi 02 Août, sur indication du service courrier, nous avons rencontré les responsables du service technique de la Mairie sis à Yopougon Sideci pour nous acquitter du droit d’occupation de l’espace CP1. Le service technique nous a demandé de rencontrer d’abord le Comité Local de gestion de la place CP1 pour nous rassurer de la disponibilité dudit lieu à la date du Samedi 11 Septembre 2021.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Jour de vote, des gros bras frappent le PDCI à Port Bouët, plus de 10 000 cartes d'électeurs dans les «mains d'inconnus» selon Emmou

Après vérification, le comité local de gestion nous a signifié que l’espace CP1 était libre le 11 Septembre de 08h à 18h. Mais a tenu à insister sur le fait que la programmation d’une activité politique comme la nôtre à l’espace CP1 était du seul ressort des autorités municipales.

Les Mardi 17 et Jeudi 26 Août 2021, nous nous sommes rendus au service courrier pour nous imprégner de l’évolution de notre demande. Le Mardi 31 août 2021, nous avons rencontré le Chef de Cabinet de Mr le Maire.

Ce dernier nous a informés que notre demande était en cours de traitement avant de nous demander de rester à l’écoute pour la suite.

Le Mardi 7 Septembre 2021, une seconde rencontre a eu lieu avec le Chef de Cabinet qui nous a donné son accord de principe pour l’occupation de l’espace. Séance tenante, Mr le Chef de Cabinet nous a donné rendez-vous le vendredi 10 Septembre pour le retrait de l’autorisation d’occupation de la Place CP1.

Le Vendredi 10 Septembre donc, nous sommes reçus par le Chef de Cabinet. Contre toute attente, le chef de cabinet nous fait savoir que, compte tenu de la dissolution de GPS, notre demande d’occupation de la place CP1 ne saurait être acceptée. Par conséquent, ils nous invitent purement et simplement à surseoir à notre meeting. Car ni l’espace CP1, ni aucun autre lieu public de Yopougon ne saurait être autorisé à accueillir une activité pro-GPS.

Lire aussi:   Béoumi: Sidi Touré a accompli son devoir citoyen

II/ LES OBSERVATIONS DU CNDS

Chers journalistes, comme vous avez pu le constater, nous avons suivi toutes les démarches et étapes requises pour être autorisé à tenir notre Meeting à la place CP1.

Malheureusement, et contre toute attente, les autorités municipales nous ont opposé une fin de non-recevoir. Le CNDS prend acte du refus des autorités municipales de nous autoriser à tenir notre Meeting à la place CP1, comme prévu ; Le CNDS proteste contre cette décision injuste et injustifiée. Le CNDS note avec regret qu’une telle décision ne favorise pas la cohésion sociale, la paix et la Réconciliation.

Bien au contraire, c’est une décision qui dénote d’un véritable recul démocratique caractérisé par l’irrespect des droits élémentaires, notamment, la liberté d’opinion, la liberté d’expression et la liberté de rassemblement ; Il est évident que la lenteur dans le traitement de notre demande d’occupation de la place CP1 a été une manœuvre des autorités municipales pour gagner du temps.

Mais, l’attitude desdites autorités traduit surtout leur haine et désamour gratuit envers le Président de GPS, SEM Guillaume Kigbafori SORO.

Bien plus que cela certainement, c’est l’expression d’une frilosité notoire face à l’adhésion massive et populaire des ivoiriens aux idéaux défendus par GPS et son Président Guillaume SORO. Le CNDS fait l’amer constat de ce que la paix et la réconciliation chantées à longueur de journée par les autorités ivoiriennes sont encore loin d’être une réalité.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Depuis Daoukro, Bédié rend hommage à N'Zikan et interpelle le président Ouattara

III/ NOS PERSPECTIVES

Évidemment, il en faut plus pour nous empêcher de continuer le travail de mobilisation et de maillage du terrain.

C’est pourquoi, loin de nous intimider et de nous décourager, nous sortons de cette épreuve encore plus déterminés et engagés à poursuivre l’implantation de GPS. Comme le recommande notre référent politique SEM Guillaume Kigbafori SORO, nous irons partout et par tous les moyens à la rencontre des militants et des ivoiriens qui veulent la paix, la réconciliation, le pardon pour leur pays.

Et cela passe inexorablement par le retour de tous les fils et filles de notre Pays sur la terre de leurs ancêtres, y compris le Président de Générations et Peuples Solidaires (GPS), SEM Guillaume Kigbafori SORO.

Ce combat pour la Paix et la réconciliation, nous devons continuer à le mener car nonobstant ce que certains pourraient mijoter et créer pour nous décourager, nous sommes sur le point de le gagner. C’est pourquoi, nous restons debout, le CNDS reste debout. Aux militants du CNDS particulièrement et aux Soroïstes en général, nous préconisons de s’approprier la vision du Président Guillaume SORO ; laquelle vision consiste à faire la politique autrement.

Face à la haine, offrons l’amour, le pardon. Face au mépris, répondons par le respect et la considération. Devant la défiance et l’animosité, cultivons la compréhension et la tolérance. C’est cela que notre Président Guillaume K. SORO appelle « Faire la politique autrement ». Fait à Abidjan le 11 septembre 2021

Générations Nouvelles

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here