HomePolitiqueVincent Toh Bi Irié : Voici encore élections qui arrivent. On veut...

Vincent Toh Bi Irié : Voici encore élections qui arrivent. On veut pas « gnangâ », on veut pas « koutcha »

Vincent Toh Bi Irié : Voici encore élections qui arrivent. On veut pas « gnangâ », on veut pas « koutcha »
Vincent Toh Bi Irié : Voici encore élections qui arrivent. On veut pas « gnangâ », on veut pas « koutcha »

Vous n’avez pas dit que vous aimez vous battre chaque fois que y a élections dans pays-là ?

Les élections législatives du 06 Mars 2021 sont les élections législatives les plus inclusives depuis 26 ans. C’est à dire que depuis 1995, la Côte d’Ivoire n’a jamais connu une élection LÉGISLATIVE à laquelle tous les grands partis politiques ont participé en même temps.

La CEI aurait validé 1266 candidatures pour 255 sièges, soit 05 candidats pour 1 siège. Rude compétition en perspective.

Le nombre de candidats indépendants est très élevé et en constante progression depuis 2011.

En 2020, le processus de l’élection présidentielle a donné lieu à des dizaines de morts, selon le Gouvernement.

En 2018, les élections régionales et municipales ont aussi occasionné des violences dans des localités du pays dont Lakota, Grand-Bassam, Koumassi, Port-Bouet, etc.

Pour ces 03 raisons statistiques et ces 02 faits sociologiques exposés plus haut, AUBE NOUVELLE appelle à la prudence et à la vigilance des citoyens pendant les législatives qui arrivent.

Certes, c’est une excellente avancée que nous privilégiions l’inclusion démocratique et que tous les partis participent. C’est un mécanisme de prévention des conflits politiques.

Lire aussi:   Législatives 2021 : opposé à Fleur M'bo, Bictogo se moque du FPI

Toutefois, cette large participation, si elle ne se fait pas dans le respect du jeu démocratique et le respect des principes de base pourrait conduire à des violences, surtout dans les localités qui ont connu des violences entre Août et Novembre 2020.

En plus des défis exposés ci-dessus, chacun des 03 grands partis politiques de Côte d’Ivoire est confronté dans cette élection à des défis internes.

Le RDR (dans sa composition initiale du RHDP) a remporté les municipales de 2000 et les législatives de 2011 et 2016, mais depuis 1995, ce Parti n’a pas eu à compétir avec autant de partis en face . Cela exigera donc un changement d’approche dans sa stratégie d’occupation du terrain.

Le FPI (dans son acception large) n’a plus participé à une élection législative depuis 21 ans , soit depuis 2.000. Le parti n’était pas aux élections législatives de 2011 et 2016, pour les raisons que tout le monde connaît. Par ailleurs entre 2011 et 2020, la Côte d’Ivoire a connu 08 processus électoraux ( présidentielle, référendum, sénatoriales, législatives, municipales et régionales). Le défi pour ce parti qui revient en force dans le jeu démocratique est d’avoir la capacité de réveiller tous ses militants qui sommeillent dans la liste électorale de 2009, sur la base de laquelle les révisions successives se sont faites.

Lire aussi:   Guillaume Soro au camp Affi : « Vous n’avez pu supporter la petite chicotte de Ouattara »

Le PDCI a participé à toutes les élections que la Côte d’Ivoire ait connu avant et depuis 1960. Le Parti a manqué l’élection présidentielle de 2000 et est allé en alliance RHDP aux élections présidentielles de 2010 et aux législatives de 2011 et 2016, ainsi que partiellement aux municipales de 2018.

C’est donc la première fois également depuis 21 ans que le PDCI ira à des législatives seul, après être sorti d’une coalition. Certes , le Parti a opéré des choix stratégiques avec le FPI pour le 06 Mars, mais ces choix ne font pas tomber ces deux partis sous le vocable d’alliance pour le moment.

En termes de défi, le PDCI devra réoccuper le terrain seul et s’assurer que la coalition dans laquelle il a été depuis 2005 ne lui a pas coûté ses sièges et bastions traditionnels.

Lire aussi:   « Adjoumani a forcé le portail du Roi à Daoukro »: voici pourquoi il a été empêché par les jeunes d’aller saluer Nanan Lagou III

Les législatives du 06 Mars 2021 sont donc un enjeu politique national et un défi pour chacun des 03 grands partis politiques de Côte d’Ivoire. Elles pourraient restructurer le paysage politique et institutionnel ivoirien.

Évidemment, une telle perspective fait craindre logiquement la résurgence des conflits et affrontements connus en 2020.

C’est pourquoi AUBE NOUVELLE, dans sa mission de recherche de la Paix et de la cohésion communautaire a monté un programme de monitoring des conflits afin d’anticiper sur les désordres meurtriers éventuels.

Ce programme a été présenté à la presse à l’Hotel Ivoire ce jeudi 25 Février 2021.

Si vous n’êtes pas candidat, si vous n’appartenez pas à un parti politique, venez participer avec nous à l’acte citoyen et responsable de prévenir les conflits. Médecins, Magistrats, femmes et hommes d’affaires, Étudiants, wotrotigui, sans-emplois, ouvriers, vendeuses, journalistes et personnes des médias, enseignants et vous tous qui avez quelques heures de libres, venez participer aux permanences de vigilance dans notre centre de coordination et de vigilance.

Appelez le 05-45-25-94-62.

*gnagâ: disputes, palabres, conflits

**koutcha: combines, tricheries. »