Home Politique Union des cadres du Grand Nord : des protestations tous azimuts surgissent

Union des cadres du Grand Nord : des protestations tous azimuts surgissent

Union des cadres du Grand Nord : des protestations tous azimuts surgissent
Union des cadres du Grand Nord : des protestations tous azimuts surgissent

Projet de création des cadres du Grand Nord Contribution du peuple Nafana.

Il y a de cela quelques jours que, le ministre et actuel maire de la commune de Yopougon, Gilbert Kafana Koné, par ailleurs membre de l’équipe restreinte chargée de la restructuration du RHDP a émis l’idée de la création d’une association des cadres et élus du grand Nord de la Côte d’Ivoire. Ce projet est diversement interprété par les uns et les autres et fort est de constater que sur le sujet, la polémique bat son plein à l’heure actuelle. A cet égard, le peuple Nafana de la région du Gontougo, a jugé opportun de se prononcer sur cette question aussi importante que délicate dans la construction de la Nation ivoirienne.

A priori, une union des cadres du Nord est une entreprise à caractère privée et ne devrait aucunement être un sujet de débat national si tant est qu’il s’agit pour les initiateurs de créer un simple cadre de retrouvailles et de cohésion entre eux de façon libre et consensuelle. Cependant, nous nous sommes mis à en douter quand nous avons entendu dans une audio qui a circulé sur les réseaux sociaux des élus et cadres de la région du Gontougo à laquelle nous appartenons se plaindre de ce que l’on veut les contraindre à adhérer à cette association eux qui pensait à raison appartenir plutôt à l’ensemble du grand Est. Alors, nous nous sommes interrogés sur le caractère apolitique que l’on prétend attribuer à ce projet d’union du grand Nord.

Lire aussi:   Lida Kouassi : « en Côte d’Ivoire, il y a des ministres en conflit avec la loi; des Présidents en conflit avec la loi »

L’essence de la Côte d’Ivoire est le brassage harmonieux des peuples dans la durée qui a permis la vie paisible qu’a connu la nation, et qui est devenue une denrée très rare de nos jours. Le Gontougo est l’exemple parfait de ce havre cosmopolite de paix qui voit vivre en harmonieuse complémentarité plusieurs communautés dont les Brons, les Koulangos, les Nafanas, les malinkés, etc. Notre brassage a impacté sur les uns et les autres à telle enseigne que nous sommes aujourd’hui une seule et même famille.

Nous les Nafanas, communauté senoufo établie depuis plusieurs siècles dans la région du Gontougo, sommes une des preuves que les communautés humaines se sont toujours construites et développées sans s’embarrasser des origines géographiques des peuples qui les composent. Sans renier nos liens ancestraux, nous ne voyons pas comment notre destin serait aujourd’hui délié de celui du Gontougo au nom d’une certaine fibre ethnique. Et pour cause, nous Nafanas, nous sentons déjà très utiles au rayonnement de la Côte d’Ivoire en contribuant au développement du Gontougo.

Lire aussi:   Roger Banchi refait surface: ce qu'il dit de Guillaume Soro

Nous disons donc avec force que le repli identitaire présenté comme un enjeu de développement est un gros mensonge qui ne peut pas et ne doit pas être encouragé de nos jours. D’ailleurs, si c’était le cas, pour le nombre de cadres dont le Nord a disposé depuis l’indépendance de la Côte d’Ivoire et dispose encore aujourd’hui, pourquoi avoir attendu jusqu’à maintenant en 2021 pour créer cette association ? Bien plus, le Nord devrait être à un autre stade que la satisfaction des besoins primaires des populations ce qui n’est manifestement pas encore le cas au regard des tares décriées par celles-ci.

Par ailleurs, si tel est que le développement soit l’objectif principal de cette association, comment expliquer que des membres fondateurs de celle-ci soient des élus d’autres régions de la Côte d’Ivoire autre que le Grand Nord ? N’est-il pas paradoxal que ces derniers délaissent les localités dont les populations leurs ont fait confiance d’autant plus que la mission principale de l’élu local est de poser des actions de développement en fonction des promesses faites à ses électeurs ? Quels messages voudraient-ils ainsi renvoyer à ces régions qui les ont adoptés au nom du sentiment national ?

Lire aussi:   Georges A. Ouegnin : « Retour au PDCI ? Inimaginable »

Toutes ces interrogations poussent à émettre un sérieux doute quant à la viabilité et à la sincérité d’un tel projet pour le Grand Nord. La Côte d’Ivoire a trop souffert de malentendus et de quiproquos qui l’ont endeuillé plus d’une fois. Hélas partout encore aujourd’hui, c’est des bicéphalismes aux niveaux traditionnel et social qui ne font que créer la violence et la désolation sous fond de manipulation purement politique. Nous nous insurgeons contre la politisation de la cohabitation qui a trop souvent été manipulée pour créer la confusion et le désordre au sein de nos communautés.

Nous demander de nous réunir en association du Nord est un danger que les Nafanas ne sauraient courir. Les hommes politiques passent, les peuples demeurent. Nous demandons aux cadres du Gontougo de se désolidariser de cette énième tentative de division de la société ivoirienne et de s’y opposer fermement. Ils doivent refuser d’être l’outil d’une instrumentalisation politique pour servir aux ambitions égoïstes de politiques véreux, surtout quand leurs actions de gouvernance les mettent aujourd’hui en difficulté face au peuple et à l’histoire. L’unité de la nation doit être préservée par toutes les filles et tous les fils de la Côte d’Ivoire.

Sié Ali Ouattara depuis Bondoukou.

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here