Home Politique Un cadre du PDCI au Conseil Constitutionnel : « Ne vous trompez pas… »

Un cadre du PDCI au Conseil Constitutionnel : « Ne vous trompez pas… »

Un cadre du PDCI au Conseil Constitutionnel : « Ne vous trompez pas… »
Un cadre du PDCI au Conseil Constitutionnel : « Ne vous trompez pas… »

Lettre ouverte de Jean-Yves Esso, du bureau politique PDCI au Conseil Constitutionnel ivoirien relative à la candidature de Ouattara.

Honorables membres du Conseil Constitutionnel ivoirien,
Nous vous prions d’excuser cette outrecuidance nous amenant à nous adressez directement à vous à travers cette correspondance publique. La gravité majestueuse de la situation oblige…
La richesse problématique de l’Afrique réside dans sa culture de l’oralité et on nous vole ainsi notre histoire. Les écrits restent et parlent toujours…indéfiniment.

Il nous semble utile de rappeler ici avant tout propos que le Conseil Constitutionnel ivoirien n’était pas, au départ, une des institutions consacrées par la Constitution de 1960.

Notre pays avait opté pour une organisation juridictionnelle moniste et c’est à la faveur de la révision constitutionnelle de 1994 que le Conseil Constitutionnel a été créé, nous semble t’il, en remplacement de la Chambre Constitutionnelle.

Le Conseil Constitutionnel, ainsi créé, fonctionnera jusqu’au coup d’État de décembre 1999, à la suite duquel, le Comité National de Salut Public (CNSP), instance suprême autoproclamée par le nouvel homme fort de l’époque, le Général GUEI Robert, prononcera sa dissolution.

Lire aussi:   Côte d’Ivoire : Des femmes du FPI en sit-in devant le Conseil constitutionnel

La nouvelle Constitution, consacrant l’avènement de la deuxième République, sera promulguée le 1er août 2000 et rétablira le Conseil Constitutionnel pour s’assurer du strict respect de notre Loi Fondamentale par tous, sans exception.

Honorables membres du Conseil Constitutionnel,
De part votre position actuelle, vous êtes astreints à des obligations en rapport avec le prestige de l’institution et la noblesse de la fonction qui est la vôtre.

Le peuple vous regarde et attend de vous que vous veilliez à la suprématie de la Constitution, et, sur cette base, au respect du droit par tous au sein de l’État. C’est en cela que votre noble institution constitue le dernier rempart contre les atteintes aux droits et libertés. C’est en cela que la Constitution confère à votre institution l’indépendance nécessaire, en la plaçant en troisième position des institutions de l’État, après le Président de la République et l’Assemblée nationale.

Lire aussi:   Akossi Bendjo annonce des projets d’aménagement de 65 milliards de FCFA pour la commune du Plateau

La Constitution est l’acte fondateur de l’État et, de ce fait, la loi suprême de l’État. Il découle de là l’obligation pour tous, sans exception, de veiller à la conformité de leurs actes à la Constitution.

Honorables membres du Conseil Constitutionnel,
Au titre du contentieux de l’éligibilité du Président de la République sortant, la saisine du Conseil Constitutionnel interviendra dans les 72h suivant la publication des candidatures transmises par la Commission Électorale Indépendante (CEI) dès lors que nous constaterons sa présence effective sur la liste des candidats retenus.

Vous êtes les arbitres du jeu politique.
Vous serez tenu de statuer sur les requêtes présentées, puis d’arrêter et de publier la liste définitive des candidats 15 jours avant le premier tour du scrutin.
Ne vous trompez pas…
Ne ratez pas cette opportunité qui se présente à vous de rentrer dans l’histoire de la Cote d’Ivoire par la grande porte.

Nous savons votre tâche difficile sous la pression de l’opinion nationale et internationale, qui pourrait vous faire emprunter des voies, dont la rectitude n’échapperait pas à notre critique acerbe. Nous nous trouverons là, au confluent du juridique et du politique et il nous importe de savoir prévenir les dérives.

Lire aussi:   Le projet de nouvelle Constitution n’est pas ’’étranger’’ à Guillaume Soro

Honorables membres du Conseil Constitutionnel,
Nous terminerons cette adresse en vous réitérant notre totale confiance en votre droiture et en votre responsabilité historique. Vous avez certes été nommés par le président de la République et par le président de l’Assemble Nationale mais vous êtes avant tout des pères et mères de famille soucieux de l’avenir pacifique de notre nation.

Convaincus que vous saurez dire le droit constitutionnel et ainsi empêcher toute forfaiture qui permettrait à une même personne, dusse t’elle être le premier personnage de l’Etat, de rester plus de 10 ans à la tête du pays, Veuillez croire, Honorables membres du Conseil Constitutionnel, en l’assurance de notre très haute considération.

Source: Yeclo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here