Home Politique Un analyste politique à Hamed Bakayoko: « aucune armée ne peut résister...

Un analyste politique à Hamed Bakayoko: « aucune armée ne peut résister devant la détermination d’un Peuple assoiffé de liberté »

Un analyste politique à Hamed Bakayoko: « aucune armée ne peut résister devant la détermination d’un Peuple assoiffé de liberté »
Un analyste politique à Hamed Bakayoko: « aucune armée ne peut résister devant la détermination d’un Peuple assoiffé de liberté »

Junior Taboudou, analyste Politique, a apporté une réponse aux propos tenus par le premier ministre ivoirien Hamed Bakayoko, à Bouaflé.

Ma Réaction Aux Graves Menaces De M HAMED BAKAYOKO : « S’ils continuent les manifestations de l’opposition, M. le Président, nous allons vous désobéir un peu. Parce qu’ils incitent à la violence, à la rébellion ».

Monsieur le premier ministre, s’il n’apparaît pas trop surprenant d’entendre des propos aussi graves de vous sous les oripeaux de votre statut de maire ou député ou même ministre, ce Peuple en étant habitué, n’était-on pas en droit d’espérer un semblant d’impact de vos nouvelles responsabilités obtenues sur le fil de premier ministre de la République de Côte d’Ivoire ?

Cette stature nouvelle ne vous aura-t-elle pas incliné à avoir le moindre égard pour ces éminents membres de l’opposition ivoirienne composés pour l’essentiel d’anciens chefs d’États et premiers ministres ? Votre nouveau rang social ne vous astreignait-il pas à observer surtout un minimum de considération pour ce digne Peuple Ivoirien ?

Il est certes vrai comme relevé précédemment, qu’un tel langage n’est pas étranger ni avec votre lexique social, ni comportemental. Mais, savourant dorénavant les délices attachés à votre qualité de chef du gouvernement, en ce 21 siècle qui est celui des lumières, c’est-à-dire le siècle de la révolution technologique ( technologies nouvelles), faisant du monde un village planétaire, on était en droit de rêver sur la modification d’attitude.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Régionales 2018, la bataille s'annonce rude à San Pedro entre deux cadres du PDCI

Ainsi, Monsieur le Premier ministre, vous venez de dévaloriser, loubardiser, voire même désacraliser, aux yeux du monde cette fonction ô combien prestigieuse . À ce stade de responsabilité, on pense au bien-être du Peuple en cherchant les voies et moyens pour améliorer ses conditions de vie. Et cela n’est possible que dans l’union et le rassemblement.

Mais mille fois hélas ! Cette attitude aux senteurs barbares, répressives, démontre que  » la gestion de tout pouvoir dépend effectivement de ses origines ». Ainsi, le RDR ayant eu le pouvoir d’État par le biais des armes, ne peut avoir foi en son maintien au pouvoir que par la force des armes avec pour seul but d’endeuiller à nouveau le Peuple Ivoirien qui ne fait que dire non au 3ème mandat anticonstitutionel en cours du Chef de l’État sortant Alassane Dramane Ouattara et ceci aux travers des marches pacifiques aux mains nues.

Lire aussi:   Dj Arafat: un an après sa mort, Hamed Bakayoko lui rend un hommage personnel (photo)

Surement que votre régime ignore que  » le plus fort n’est jamais assez fort pour se croire toujours le maître » dixit : Jean Jacques Rousseau. Et cela s’est toujours vérifié dans l’histoire des régimes dictatoriaux et totalitaires.

Nous avons pour quelques exemples :En Iran, le Shah d’Iran qui avait la quatrième armée la plus puissante au monde, et soutenu par les États-Unis, fut chassé du pouvoir en 1979 par une révolution populaire dirigée par l’Imam l’AYATOLLAH Khomeiny.

En Roumanie, le Président Nicolas KAUSCESCU, un homme au règne sans partage a été chassé du pouvoir puis fusillé par une révolution populaire. Tout récemment en Afrique, le Général Osni MOUBARAK de l’Égypte qui a dirigé son pays d’une main de fer est tombé lors du printemps arabe ( soulèvement populaire ).

Tout près de nous en 2014 au Burkina Faso, le dictateur Blaise COMPAORÉ, a été chassé après vingt sept ( 27 ) années de pouvoir sans partage par un soulèvement populaire, dont nous gardons encore les belles images dans nos pensées, et aujourd’hui exilé entre la Côte d’Ivoire et le Togo. Et il serait amnésique d’oublier la révolution Ivoirienne de 2000 qui a emporté les militaires du pouvoir.

Lire aussi:   Décès d’Amadou Gon Coulibaly : le message d’Hamed Bakayoko

Les exemples sont légions, alors M. le premier ministre vous gagneriez pendant qu’il est encore temps, au nom de la paix et de la quiétude de votre Peuple, d’organiser sans orgueil des discussions avec l’opposition pour régler les problèmes cruciaux. Car aucune armée ne peut résister devant la détermination d’un Peuple assoiffé de liberté et surtout en quête de souveraineté comme le nôtre.

Par ailleurs, j’espère qu’avec de tels propos solennels, vous êtes conscient de ce que la CPI en acquittant le Président Laurent GBAGBO et le ministre Charles Blé GOUDE, ne regarde qu’en direction de votre régime pour rétablir sa crédibilité aux yeux du monde.

Puisse le bon sens vous guider, M. le premier ministre. Le Dieu de Moïse, Chef des armées est le meilleur allié du Peuple souverain de Côte d’Ivoire. Dans La Dignité, Nous Vaincrons sûrement.

Source: yeclo

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here