HomePolitiqueSoumahoro Kando : Voici comment j’ai énervé Amadou Gon en réclamant la...

Soumahoro Kando : Voici comment j’ai énervé Amadou Gon en réclamant la liberté de Gbagbo

Soumahoro Kando : Voici comment j'ai énervé Amadou Gon en réclamant la liberté de Gbagbo
Soumahoro Kando : Voici comment j'ai énervé Amadou Gon en réclamant la liberté de Gbagbo

Le député de Biankouma, Kando Soumahoro est récemment sorti de prison après près d’une année d’enfermement. Ancien militant du RHDP, il fait partie aujourd’hui des fidèles partisans de Guillaume Kigbafori Soro. À la faveur de la rencontre d’un député RHDP, Soumahoro Kando revient sur un épisode important de ses relations avec son ancien parti. Au cours d’une réunion à la rue Lepic, ses propos réclamant la libération de Laurent Gbagbo avait mis feu Amadou Gon Coulibaly dans une colère noire. Nous vous proposons ici l’intégralité du récit de l’honorable Soumahoro Kando.

» Ce matin, lors de ma marche sportive, un député RHDP dont je tairai le nom m’a reconnu et a garé son véhicule pour des échanges fraternels. » Honorable, je peux t’avancer un peu ? » bien que m’ayant vu en tenue de sport. J’ai souri et je lui ai répondu ceci : » C’est vrai que mon véhicule manque de carburant mais Dieu merci, mes pieds supportent encore fièrement ce corps sans rien exiger. Il a continué en disant : » Te souviens-tu encore de ce que je t’avais dit après la réunion de la rue Lepic où tu avais fâché le premier ministre ? J’ai su ce jour-là que tu allais avoir des problèmes. Je lui ai rétorqué exactement ceci : » Avec vos comportements, ce n’est pas à moi que le premier ministre,feu Amadou Gon s’était adressé ce jour lorsqu’il disait que ce n’est pas lorsqu’on a échoué dans la vie qu’on vient à la politique. Il m’a regardé, a hoché la tête et a continué son chemin. Pour revenir sur ce fait, c’était en 2018 lors d’une réunion regroupant les membres du gouvernement, les élus et cadres du RDR/RHDP à la rue Lepic.Je ne me rappelle plus exactement l’ordre du jour mais voici la teneur de mon intervention : » Cela fait un an que je siège à l’hémicycle et cela m’a permis de lire toute notre constitution. Elle interdit toute forme de rébellion. Le président Soro Guillaume qui est notre président de l’Assemblée nationale a courageusement revendiqué l’agression armée de notre pays. Il est libre alors que le président Laurent Gbagbo à qui la constitution confère des pouvoirs pour défendre l’intégrité du territoire se trouve en prison à La Haye. Je plaide pour sa libération et la prise d’une amnistie protéger le PAN SORO et les autres contre toutes les autres plaintes ultérieures à ce sujet. C’est ce qu’il ne fallait pas dire ce jour-là. La réunion a pris fin sur l’intervention très violente de feu Amadou Gon à mon endroit. Avant qu’il ne finisse de parler, le vide s’était déjà fait autour de moi. J’ai reçu beaucoup d’appels me demandant d’adresser un courrier d’excuses au premier ministre. J’ai répondu que ce message que j’ai prononcé venait de Dieu. Que par nos prières, Dieu sauve la Côte d’Ivoire. »

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Mairie de Bassam, Moulot annonce la démission d'Ezaley du conseil et décide de la suppression de 20 000 francs CFA des taxes de frais d'inhumation

Des révélations qui en disent long sur les rapports entre les responsables politiques dans certains partis !

Photo : Soumahoro Kando