HomePolitiqueSoro, HamBak… Gbagbo raconte ce qui s’est passé au Golf Hôtel :...

Soro, HamBak… Gbagbo raconte ce qui s’est passé au Golf Hôtel : « j’ai vu arriver Simone et mon fils, en sang »

Soro, HamBak… Gbagbo raconte ce qui s'est passé au Golf Hôtel : « j’ai vu arriver Simone et mon fils, en sang »
Soro, HamBak… Gbagbo raconte ce qui s'est passé au Golf Hôtel : « j’ai vu arriver Simone et mon fils, en sang »

Extrait de son livre « Pour la vérité et la justice » pages 241-242, Laurent Gbagbo aujourd’hui libre raconte son passage au Golf Hôtel.

Ouattara Morou m’a poussé dans un véhicule qui a roulé à tombeau ouvert, et on est allé jusqu’à l’Hotel du Golf. Là, on m’a fait attendre dans une pièce, j’ai vu d’autres prisonniers couchés à même le sol, puis on m’a mené au quatrième étage, dans une chambre, je crois la 468.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Botro, pour lutter contre la déforestation, une mutuelle lance un planting d'arbres

Les barons du nouveau régime sont venus me voir: Soro, avec une petite casquette, Hamed Bakayoko. Pour quoi faire? Pour savourer leur victoire. Ils sont restés une quinzaine de minutes, pas plus. J’ai vu arriver Simone et mon fils Michel, en sang.

J’avais vu mes proches se faire tabasser, comme j’ai vu Tagro être assassiné. J’ai vu la ministre de la Santé, mon ami Sangaré… On les a mis dans une autre pièce. Le 12, Guillaume Soro est revenu me voir. Il m’a dit que j’allais être transféré à Korogho le jour même. J’ai refusé, il n’a rien voulu entendre. Chérif Ousmane est venu, et m’a emmené brutalement.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Réduction des clubs ivoiriens aux compétitions inter-clubs, l'Asec écrit à la CAF

Au passage, ils ont pris mon médecin, Christophe Blé pour l’emmener avec moi. Sur le chemin du Golf, il ne s’en est fallu de rien qu’un rebelle l’égorge. Et là, le voilà parti avec moi pour huit mois de détention. C’est un homme bien, Christophe Blé, un médecin compétent et une bonne personne. C’est parce qu’il était mon médecin attitré qu’il a failli être tué et qu’il a ensuite été détenu sans aucun mandat. On nous a mis dans un hélicoptère, direction Korhogo.

Lire aussi:   Investiture de Denis Sassou Nguesso: Alassane Ouattara officiellement invité

Sur le chemin, j’ai pensé à ceux qui étaient morts et qui avaient souffert, je priais pour eux. Je me demandais ce qu’allait devenir la Côte d’Ivoire.