Home Politique Secrétariat général du FPI en Côte-d’Ivoire: « Un braquage à la Assoa Adou »...

Secrétariat général du FPI en Côte-d’Ivoire: « Un braquage à la Assoa Adou » (compte-rendu)

Secrétariat général du FPI en Côte-d’Ivoire: « Un braquage à la Assoa Adou » (compte-rendu)
Secrétariat général du FPI en Côte-d’Ivoire: « Un braquage à la Assoa Adou » (compte-rendu)

Secrétariat général du FPI en Côte-d’Ivoire: « Un braquage à la Assoa Adou » (compte-rendu)

Lu pour vous

Ce vendredi 17 janvier 2020 de 15 H à 19 h 54 mn, s’est tenu un Secrétariat Général du Front Populaire Ivoirien sur convocation de M. Assoa Adou, SG et présidé par la deuxième vice-présidence du parti, Mme Simone Ehivet Gbagbo.

Ledit Secrétariat Général a été émaillé de faits inédits graves !

A l’entame, M. Assoa Adou s’est opposé net à tous amendements de l’ordre du jour proposé à l’Assemblée. Alors que plusieurs participants semblaient offusquer de voir à l’ordre du jour le point du Congrès Extraordinaire. Un point qui fut débattu et rejeté à la majorité des intervenants au Secrétariat Général du 23 Décembre 2019.

Malgré l’avis favorable de la 2e Vice-présidente aux propositions d’amendements à l’ordre du jour, M. Assoa Adou est demeuré hermétiquement opposé au point de créer un blocage de plus d’une heure et trente (1 h 30) minutes. M. Assoa prétextait de n’avoir pas reçu les propositions d’amendement à la veille. Pourtant Le SGA Lavri Nicolas chargé de l’administration du parti a reconnu avoir reçu lesdites propositions d’amendement à la veille et avait demandé à leurs auteurs de les faire séance tenante le lendemain lors de l’assemblée. Pratique habituelle !

Lire aussi:   Le relèvement du taux de représentativité des femmes dans les fonctions électives au centre d'un atelier à Abidjan

Malgré toutes les explications, rien n’y fit, Assoa Adou est resté droit dans ses bottes, opposé à ce strict minimum de pratique démocratique régissant le fonctionnement de toute assemblée.

Face à ce blocage préjudiciable aux membres de la direction du parti venus pour certains de très loin pour avoir le compte rendu de la rencontre de Bruxelles entre le président Gbagbo et le PM Affi N’guessan, la 2e Vice-présidence souhaita la poursuite de l’Assemblée. Ainsi, M. Assoa imposa à l’Assemblée l’ordre du jour suivant :

1- Informations
2- Congrès Extraordinaire

Au point d’informations, le compte rendu de Bruxelles fut fait. La majorité écrasante des intervenants l’a approuvée et retenu comme demandé par le Président Gbagbo la poursuite des négociations dans une commission paritaire des deux camps. Ce, en vue d’aboutir à un Congrès de l’unité si les conditions étaient réunies.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Porte-monnaie électronique, il arnaque plus de 11 millions de FCFA à 35 personnes

Abordant le second point, M. Assoa qui visiblement ne trouve pas son compte dans un Congrès d’unité avec le camp Affi et nourrissant le secret envie de faire passer de force l’idée de son congrès extraordinaire (déjà rejeté), dont l’objectif unique est de se donner plein pouvoir en esseulant la 2e vice-présidente au nom du Président Laurent Gbagbo, ensuite vider le secrétariat général de ses proches à défaut d’elle-même.

C’est ainsi qu’il informa l’Assemblée que le Président Laurent Gbagbo exige que le Congrès se tienne vaille que vaille.

Il refusa de donner la parole à l’Assemblée qui la réclamait pourtant.
Sokouri Bohui par un forcing pris la parole insistant sur l’union et la nécessité d’aller au Congrès car Gbagbo Laurent le demandait.

Après quoi, M. Assoa prit la parole pour informer que le FPI doit aller au Congrès Extraordinaire. Il n’eut, ni débat, ni vote pour apprécier la nouvelle tendance entre ceux qui sont pour le Congrès et ceux qui s’y opposent, souhaitant une convention ordinaire.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Membres du Conseil Constitutionnel, Martin Bléou plaide pour leur nomination conformément à l'article 128

Malgré les contestations qui fusaient de toutes parts, Assoa a conclu qu’au nom de Gbagbo, le Congrès extraordinaire devait se tenir en mai 2020.
Mis devant le fait accompli et refusant qu’on continue de dresser Laurent Gbagbo contre elle, Simone Gbagbo s’est tue et à lever la séance.

Comme Affi en 2015, Assoa a décidé de diviser une fois de plus le FPI. Ce, au nom de Gbagbo.

Les militants du Front Populaire Ivoirien se trouvent ainsi face à deux Congrès :
– Le Congrès de l’unité pour réunir tous les fils et filles de Gbagbo autour de lui,
– Le Congrès Extraordinaire pour faire asseoir l’hégémonie d’Assoa Adou et la sa mandante Nady sur le parti en créant une autre division.

A eux de choisir.
Nous, on regarde oklm

Ludovic T.

Commentaires facebook

Source: Connexion ivoirienne

Commentaires Facebook