HomePolitiqueRHDP: On se bouscule pour occuper le siège d’ Amadou Gon Coulibaly

RHDP: On se bouscule pour occuper le siège d’ Amadou Gon Coulibaly

RHDP: On se bouscule pour occuper le siège d' Amadou Gon Coulibaly
RHDP: On se bouscule pour occuper le siège d' Amadou Gon Coulibaly

Amadou Gon Coulibaly, décédé le 8 juillet 2020, le RHDP doit se trouver un nouveau successeur au Président Alassane Ouattara comme nouveau leader. Hamed Bakayoko que tous désignent comme l’homme de la situation, attend son heure. En attendant, d’autres personnalités du parti tentent de se positionner.

Qui pour remplacer Amadou Gon Coulibaly ?

Bien avant le décès du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, l’information de la candidature du Président Alassane Ouattara à la présidentielle d’octobre 2020 circulait. Le RHDP envisageait de présenter son leader naturel en cas de présence des autres poids lourds de la politique ivoirienne, à savoir Laurent Gbagbo et de Henri Konan Bédié, dans la bataille. Le candidat désigné à l’époque n’aurait de toutes les façons pas été perdant.

Le plan était de laisser le Président Alassane Ouattara ramener la victoire pour ensuite lui laisser la gestion pratique du pays. C’est dire combien le chef de l’État était prêt à tout pour son fidèle compagnon. Ce plan a été malheureusement écourté par le décès d’Amadou Gon Coulibaly, remplacé depuis par le chef de l’État qui vient de maintenir le RHDP au pouvoir dans une course sans les adversaires de sa catégorie.

Maintenant que la victoire est acquise, la question du futur leader du RHDP demeure. La réponse à celle-ci se trouve forcément dans la guerre de positionnement qui s’est ouverte au sein du parti au lendemain du décès de Amadou Gon Coulibaly. Celle-ci a fait une première victime en la personne du Premier ministre actuel, M. Hamed Bakayoko. Quatre profils se détachent au sein du parti, mais seul un homme peut réellement porter les couleurs de ce parti dans une bataille nationale. C’est toujours Hamed Bakayoko. Il est jeune, riche, branché et son ancienne vie dans le monde du showbiz lui confère une importante côte de popularité dans le pays.

Lire aussi:   Côte-d’Ivoire: Décès de l’ambassadeur Eugène Aïdara (présidence)

Ses missions réussies au Ministère de l’Intérieur puis à la Défense, ont permis de mettre à jour son efficacité et surtout sa capacité d’adaptation. Son autre point fort est qu’il est fortement apprécié au sein des formations politiques même adverses. Il compte beaucoup d’amis et de sympathisants au PDCI et au FPI de Laurent Gbagbo. En réalité, Hamback était bien mieux placé que Amadou Gon Coulibaly pour ramener une victoire au RHDP. Mais fidèle au Président Alassane Ouattara, il s’était rangé derrière son choix devenu celui du parti sans rouscailler.

Hamed Bakayoko et les autres

Logiquement, c’est Hamback qui aurait dû devenir le leader naturel du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix (RHDP). Mais désormais, certaines personnes au sein de la formation présidentielle lui font de la concurrence. Il se raconte même que le ministre Patrick Achi pourrait devenir le prochain Premier ministre du Président Alassane Ouattara. Hamed Bakayoko qui a fait un bon travail au ministère de l’Intérieur et qui poursuit sur la même lancée à la Défense, se consacrerait alors à son dernier poste cité.

Lire aussi:   Appolos Dan Thé : « Gon est malade, très malade »

Comment prendra-t-il une telle éviction, lui le « fils du Président » ? Certaines personnes au sein du RHDP pousseraient pour cette option, non pas qu’ils aient grand-chose à y gagner, mais simplement pour réduire les chances du maire d’Abobo d’apparaitre comme le candidat le plus légitime du RHDP en 2025. Patrick Achi qui est un des plus anciens ministres du gouvernement, a occupé différentes fonctions depuis le temps de Pascal Affi N’Guessan. Il passe de plus en plus comme étant l’homme d’expérience du gouvernement.

L’actuel ministre d’État Secrétaire général de la Présidence de la République de Côte d’Ivoire a une réelle casquette de fin connaisseur des grands dossiers. Seulement, aux yeux de certains militants du RHDP, il traine le boulet d’être un transfuge du PDCI RDA, formation politique qui l’a fait ministre pour la première fois et dans laquelle il a encore de solides attaches. Certains doutent de sa loyauté. Le dicton « Un morceau de bois a beau séjourné dans l’eau, il ne deviendra jamais un caïman » n’est jamais perdu de vue par les militants du parti du Président Ouattara.

RHDP, qui sera ton champion après Ouattara ?

Hamed Bakayoko serait aussi concurrencé par le ministre Adama Bictogo, un des hommes d’affaires les plus prospères du RHDP. Avec ces adversaires qui prolifèrent de partout, il est difficile d’être le prochain Amadou Gon Coulibaly aux yeux du Président Alassane Ouattara et des militants de son parti politique. Le patron de SNEDAI manque cruellement de base populaire, y compris à Agboville, sa ville natale. Mais au RHDP, il occupe le poste de directeur exécutif, un poste qui lui permet des contacts quotidiens avec les différentes bases de militants. Si à priori, il n’a pas beaucoup de chances d’évincer Hamback, il reste difficile de présager ce que lui réserve le destin.

Lire aussi:   Les graves révélations d’un ministre sur la transplantation cardiaque de Gon : « C’est le Président Ouattara qui a pris la décision »

Un autre nom, un peu plus discret circule dans les cercles d’amis au sein de cette formation. C’est celui de M. Birahima Téné OUATTARA, surnommé «Photocopie» pour sa forte ressemblance avec le Président Alassane Ouattara, son ainé. Cette option reste difficile dans la mesure où il serait mal vu qu’un frère succède à l’autre à la tête de la Côte d’Ivoire. Même les militants RHDP restent fermés à cette éventualité.

Comment prendre la place d’ Amadou Gon Coulibaly ?

Le successeur de feu Amadou Gon Coulibaly pour l’après-Alassane Ouattara devrait théoriquement être Hamed Bakayoko. Cependant, la particularité de la politique ivoirienne empêche l’emballement autour de cette idée. D’ Houphouët-Boigny à Henri Konan Bédié, Laurent Gbagbo et aujourd’hui Alassane Ouattara, aucun des grands leaders ivoiriens n’a vraiment positionné personne pour prendre sa suite. En politique ivoirienne, aucune position de leader ne se donne, elle s’arrache. C’est la capacité des uns et des autres à briller d’eux-mêmes qui va forcer l’adoubement du leader.

source: afrique-sur7