HomePolitiqueRetour des exilés pro-Gbagbo : quel sort pour Koné Katinan et Damana...

Retour des exilés pro-Gbagbo : quel sort pour Koné Katinan et Damana Pickass ?

Retour des exilés pro-Gbagbo : quel sort pour Koné Katinan et Damana Pickass ?
Retour des exilés pro-Gbagbo : quel sort pour Koné Katinan et Damana Pickass ?

Suite à leur rencontre samedi 9 janvier 2021 dans la capitale ghanéenne, les exilés pro-Gbagbo fouleront à nouveau leur territoire natal entre le 25 et le 31 janvier 2020. Et ce, en vue de participer aux préparatifs du retour de l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo. Au nombre de ces exilés politiques, deux dont le sort préoccupe. Ce sont Justin Koné Katinan et Damana Pickas.


Le premier est poursuivi par un troisième mandat d’arrêt international émis par la Côte d’Ivoire le 28 mars 2018. Visé pour des faits de tentative de déstabilisation « allant de 2012 à 2017 », l’ex-ministre du budget, sous Gbagbo, en charge de la coordination du Front Populaire Ivoirien (FPI) au Ghana, s’active pour retrouver son pays à la faveur du retour du Président Laurent Gbagbo.

Lire aussi:   Après Serge Koffi le Drone, une liste de cyber-activistes pro-Gbagbo bientôt en prison

Le second, ancien commissaire de la Commission électorale indépendante (CEI) est resté dans l’imagerie populaire des Ivoiriens et de la communauté internationale comme celui qui a déchiré les résultats de la présidentielle 2010 devant les caméras du monde. Visé par la Justice ivoirienne, il avait été arrêté au Ghana par Interpol avant d’être libéré mardi 26 mars 2019 suite à une nuit en garde à vue.

La question relative à leur sort vaut son pesant d’or. Rentré en novembre 2014 du Ghana, où il vivait en exil, l’ex-ministre de Gbagbo, Assoa Adou, avait été arrêté en janvier 2015. « Reconnu non coupable des faits de complot contre l’autorité de l’Etat, d’organisation de bandes armées, de détention illégale d’arme, Assoa Adou a pourtant été condamné à 4 ans de prison pour troubles à l’ordre public sans qu’on ne sache où et comment les dits troubles ont eu lieu », se plaignait son avocat Me Rodrigue Dadjé.

Lire aussi:   Après Gbagbo, « quel sera le sort de Blé Goudé et Guillaume Soro ?», la réaction de Mamadou Touré