HomePolitiqueRetour de Gbagbo: silence dans la communauté des chefs d’Etats, ses partisans...

Retour de Gbagbo: silence dans la communauté des chefs d’Etats, ses partisans replongent dans le doute

Retour de Gbagbo: silence dans la communauté des chefs d'Etats, ses partisans replongent dans le doute
Retour de Gbagbo: silence dans la communauté des chefs d'Etats, ses partisans replongent dans le doute

Dans l’affaire du retour à Abidjan de l’ex-président Ivoirien, Laurent Gbagbo, tout le monde préfère regarder de loin, surtout que personne ne peut s’aventurer à parier objectivement sur l’imminence ou non d’une arrivée prochaine du prédécesseur d’Alassane Ouattara sur les bords de la Lagune Ebrié.

Après quelques jours d’intenses supputations sur fond de triomphalisme de ses partisans, la polémique sur le retour imminent de Laurent Gbagbo, suite à son acquittement définitif par la chambre d’appel de la Cour Pénale Internationale (CPI) le 31 Mars dernier, s’est éteinte, laissant une fois de plus, place au doute, comme ce fut déjà le cas, en Janvier 2019, en Mai 2020 ou à la mi-Mars 2021. Et ce, en dépit des assurances données par le chef de l’état Ivoirien, sur sa volonté de faciliter le retour au pays de son rival de la crise postélectorale de 2010-2011. 

Lire aussi:   Retour de Gbagbo : Assoa Adou, « plus rien, malgré les multiples relances téléphoniques »

Aucun dirigeant en Afrique comme ailleurs dans le monde ne s’est ouvertement prononcé sur cette actualité, d’autant plus qu’un élément, et non des moindres, invite à la prudence….le maintien des poursuites judiciaires contre l’ex chef d’état et son coaccusé, Charles Blé Goudé. 

Difficile de comprendre dans l’opinion publique que ces deux personnalités soient autorisés à rentrer au bercail, après près de 10 ans d’exil politico-judiciaire, et que les condamnations à 20 ans d’emprisonnement, prononcées contre elles par la justice Ivoirienne, soient maintenues. 

Lire aussi:   Côte d’Ivoire :« Faut-il qu’il y ait des morts pour que Ouattara comprenne le danger auquel il expose notre pays ? » (Samba David)

De deux choses l’une! Soit, Laurent Gbagbo négocie les conditions de son retour avec l’actuel homme fort du palais d’Abidjan, en acceptant de céder à des concessions sous forme de compromissions, soit il décide de rentrer avec la même hargne politique qu’on lui connaît, et il affronte la justice de son pays. A 75 ans, ce combat serait sans doute trop lourd pour le tombeur du Général Guéi Robert à la présidentielle de 2000. Après avoir passé 7 années en détention à la prison de Scheveningen à la Haye aux Pays-Bas, renouer avec l’univers carcéral, de surcroît à Abidjan, lui porterait un grand coup moral. 

Lire aussi:   COMMUNIQUE DE PRESSE DU COLLECTIF DES Avocats DE SEM HENRI KONAN BEDIE ET DES LEADERS DE L’OPPOSITION POLITIQUE IVOIRIENNE

C’est pourtant dans ce schéma que semblent voguer actuellement le pouvoir et le camp Gbagbo. A l’extérieur, on préfère observer et peut-être intervenir, mais discrètement, pour être plus efficace.

Raoul Mobio