HomePolitiqueRetour de Gbagbo et de Blé Goudé : La CPI met Ouattara...

Retour de Gbagbo et de Blé Goudé : La CPI met Ouattara à l’épreuve de sa propre parole

Retour de Gbagbo et de Blé Goudé : La CPI met Ouattara à l’épreuve de sa propre parole
Retour de Gbagbo et de Blé Goudé : La CPI met Ouattara à l’épreuve de sa propre parole

« Le Président Ouattara a estimé qu’à partir du moment où les juges statuent, s’il advenait que les juges acquittaient définitivement Laurent Gbagbo… ».

Ces propos de Touré Mamadou, porte-parole adjoint du gouvernement sortant, tirés d’une interview qu’il a accordée à Africa Radio en décembre 2020, résume l’argument avancé depuis deux ans par le pouvoir RHDP, pour justifier l’absence d’initiative de sa part afin de favoriser le retour en Côte d’Ivoire de l’ex-chef d’Etat Laurent Gbagbo et son ancien ministre de la Jeunesse, Charles Blé Goudé.

Après un long procès à La Haye, ces deux accusés ont été déclarés non coupables de crime de guerre, crime contre l’humanité…par la Chambre de première instance de la CPI le 15 janvier 2019. Cet acquittement ouvrait déjà la voie à leur retour dans leur pays. Cette voie s’ouvrira davantage le 28 mai 2020 avec l’assouplisse ment des restrictions qui leur était imposées suite à l’appel fait de la décision de première instance par la Chambre d’accusation.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : L'organisation du Congrès Constitutif du RHDP prévue le 26 janvier 2019 à Abidjan

La Chambre d’Appel a notamment levé l’interdiction qui leur était faite de « se déplacer en dehors des limites de la municipalité dans laquelle ils résident dans l’Etat d’accueil, à moins d’y avoir été expressément autorisés au préalable par la Cour ». Concrètement, cela signifiait qu’ils étaient désormais autorisés à voyager.

Ils pouvaient donc quitter Bruxelles et La Haye où ils résidaient depuis leur acquittement, pour s’installer dans un autre des 123 pays membres du Statut de Rome. Sans surprise, les deux acquittés montreront leur vœu de se rendre en Côte d’Ivoire. Cependant, que d’obstacles à ce retour au bercail ! Un bercail où chacun d’eux est attendu par une peine d’emprisonnement ferme de 20 ans assortie de grosses amendes dans des affaires différentes.

Lire aussi:   Un pro-Soro à propos de Ouattara : « l’homme apprécié de l’étranger est désormais vomi par l’étranger »

Sans oublier les difficultés pour eux de se faire établir de nouveaux passeports ivoiriens. C’est clair, le retour de Gbagbo et de Blé Goudé dépend d’une réelle volonté des autorités d’Abidjan. Celles-ci doivent poser des actes forts comme l’abandon des poursuites judiciaires à leur encontre, et des dispositions logistiques pour leur bien-être. Jusque-là, le pouvoir arguait qu’il ne pouvait agir dans ce sens tant que la procédure les concernant était pendante devant la CPI.

Lire aussi:   Hospitalisation d'Alassane Ouattara en France : Financial Afrik réagit et dénonce une fake news

Maintenant qu’ils sont définitivement acquittés, il appartient aux dirigeants ivoiriens de montrer leur bonne foi en œuvrant à leur retour pacifique, en évitant surtout toutes nouvelles manœuvres souterraines pour les remettre dans le viseur de la justice internationale. C’est un sacrifice à faire pour la réconciliation nationale.

Nouveau Réveil