HomePolitiqueRencontre Macron-Ouattara : Les dangers qui guettent le pouvoir en place

Rencontre Macron-Ouattara : Les dangers qui guettent le pouvoir en place

Rencontre Macron-Ouattara : Les dangers qui guettent le pouvoir en place
Rencontre Macron-Ouattara : Les dangers qui guettent le pouvoir en place

Pour les principaux acteurs politiques Ivoiriens, la date de ce Mercredi 03 Mars, pourrait marquer un tournant dans la gestion de l’après-crise.

Prévue pour se dérouler au palais de l’Élysée, la rencontre entre Emmanuel Macron et son homologue Ivoirien, Alassane Ouattara devrait déboucher sur des résolutions fermes sur l’évolution de la situation politique en Côte d’ivoire. 

L’on s’attend à ce que des concessions soient faites par le pouvoir en place dans le sens de la réconciliation nationale, au vu des souhaits formellement exprimés par le chef de la diplomatie Française, Jean-Yves Le Drian, le 10 Novembre dernier devant les parlementaires Français au palais Bourbon.

Lire aussi:   Jean-Christophe Bellirad, ambassadeur de la France à Abidjan : « voici le travail que le Président Macron m’a confié »

Jusqu’où serait prêt à aller le pouvoir d’Abidjan dans sa tentative de décrisper l’atmosphère politique ? 

Si, pour montrer sa bonne foi, le régime en place, a procédé à des vagues de libération de prisonniers politiques, la question du retour des exilés et même de la remise en liberté de certains détenus, jugés particulièrement influents, sont des risques que les autorités en place ne semblent pas prêtes à prendre.

Lire aussi:   Jean Bonin nommé vice-président du FPI par Affi

En effet, une présence sur le terrain des deux principaux exilés, Guillaume Soro et Laurent Gbagbo aurait des conséquences immédiates sur le rapport des forces politiques. Ces deux personnalités qui jouissent d’une popularité inoxydable, ne pourraient que rendre la tâche plus complexe à l’actuel chef d’état, en phase de stabilisation de son 3ème mandat.

Quant à certains détenus comme Souleymane kamagate, dit Soul to Soul, directeur de protocole de Guillaume Soro et le député Alain Lobognon, député sortant de Fresco et candidat à sa propre succession lors de ces législatives, leur libération sans cesse repoussée, pose le problème de la remise en liberté des personnages clés du dispositif de l’ex chef du parlement, engagé dans un bras de fer sans merci avec le président Ivoirien. 

Lire aussi:   Attendu à Abidjan : Sarkozy, une amitié désormais gênante ?

Si la France venait à faire de ces dossiers, des conditionnalités, cela serait une véritable secousse pour le régime d’Alassane Ouattara, déjà fragilisé par la dégradation de son image sur le plan international suite à la crise électorale de 2020.

Raoul Mobio