Home Politique Rencontre de Daoukro: ce qui attend Bédié et Gbagbo

Rencontre de Daoukro: ce qui attend Bédié et Gbagbo

Rencontre de Daoukro: ce qui attend Bédié et Gbagbo
Rencontre de Daoukro: ce qui attend Bédié et Gbagbo

Selon Pr Georges Armand Ouégnin, président de la plateforme EDS, la rencontre prévue ce samedi à Daoukro entre les opposants Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo, contribuera à « renforcer » l’opposition ivoirienne.

Rencontre Bédié – Gbagbo: Les attentes de Georges Armand Ouégnin, président de EDS

Ils ne s’étaient plus revus depuis leur dernière rencontre du 29 juillet 2019 à Bruxelles. Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo, ces deux grandes figures du microcosme politique ivoirien, se reverront ce samedi 10 juillet 2021.

La rencontre est prévue à Daoukro, dans le fief du président du PDCI-RDA. Cette visite au président Henri Konan Bédié est la toute première visite politique de Laurent Gbagbo depuis son retour au bercail, le 17 juin dernier.

Selon un communiqué du FPI, le rendez-vous de Daoukro sera non seulement l’occasion de « retrouvailles fraternelles » entre les deux leaders politiques, mais également l’occasion pour les deux hommes, de passer en revue le contenu de l’accord cadre signé entre leurs deux partis (FPI et PDCI), le 30 avril 2020, portant sur un sujet commun de réconciliation.

Lire aussi:   Laurent Gbagbo finalement « contraint » de reporter son retour en Côte-d’Ivoire (communiqué)

 » Je salue cette rencontre entre ces deux grands acteurs politiques de notre pays que sont le Président Laurent Gbagbo et son aîné le Président Henri Konan Bédié. Il est évident que l’opposition, voire le jeu démocratique, se retrouveront renforcés par cette rencontre », a déclaré Georges Armand Ouégnin, président de EDS, dans une interview accordée au Nouveau Réveil, jeudi.

 » Aujourd’hui je pense très sincèrement, hormis la Solidarité qui est un défi majeur, qu’il est impératif que l’opposition règle ses contradictions internes afin de mieux appréhender les problèmes et proposer des solutions concrètes au quotidien des Ivoiriens pour qui cette opposition représente un véritable espoir », a poursuivi le député de Yopougon. Le bloc de l’opposition politique, faut-il le rappeler, a volé en éclats au sortir des élections législatives du samedi 6 mars dernier.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : A Yopougon, un immeuble en feu

Avec les exclusions des formations politiques dites insignifiantes (FPI-Affi, UDR, COJEP ….), Henri Konan Bédié et son allié Laurent Gbagbo, alors en attente du verdict définitif de son procès à la Haye, avaient fait preuve d' »incapacité » à conserver ce front uni qui avait caractérisé l’opposition contre le 3ème mandat jugé anti-constitutionnel du président Alassane Ouattara en octobre 2020.

Outre ce fait, l’opposition espère également que le rapprochement entre Bédié et Gbagbo, permettra de maintenir la pression sur le régime d’Abidjan, afin d’obtenir la libération des prisonniers politiques et militaires des différentes crises ivoiriennes.

Lire aussi:   Peut-on comparer Gbagbo à Mandela et Sankara ? Johnny Patcheko répond

« La réconciliation vraie a ses exigences, notamment la libération de tous les prisonniers politiques, civils et militaires de la crise postélectorale à ce jour, le retour de tous nos frères et sœurs exilés », a laissé entendre Pr Armand Ouégnin.

Depuis avril 2020, le Pdci et le Fpi de Laurent Gbagbo sont liés par un accord de collaboration qui va bien au-delà d’un simple rapprochement, mais qui a encore besoin de se consolider. Même opposés idéologiquement, ces 2 grands partis sont à même de conclure une alliance électorale bien ficelée pour les prochaines échéances électorales.

Afrique-sur7

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here