Home Politique Quand le régime ivoirien expose ses partisans aux enquêtes du nouveau procureur...

Quand le régime ivoirien expose ses partisans aux enquêtes du nouveau procureur de la CPI

Quand le régime ivoirien expose ses partisans aux enquêtes du nouveau procureur de la CPI
Quand le régime ivoirien expose ses partisans aux enquêtes du nouveau procureur de la CPI

Ce n’est un secret pour personne. Le dossier ivoirien à la Cour pénale internationale n’est pas encore allé à son terme. Après l’acquittement définitif du président Laurent Gbagbo et du ministre Charles Blé Goude, l’enquête sur les tueries massives en Côte d’Ivoire lors de la crise postelectorale d’avril 2011 va être relancée de plus belle pour retrouver enfin les auteurs des 3000 morts et les commanditaires tapis dans l’ombre.

Le nouveau procureur de la CPI, Me Karim Khan qui prête serment le 16 juin prochain en est conscient que deux enquêteurs venus de La Haye ont séjourné récemment à Abidjan dans le cadre de la relance de cette enquête. Alors qu’on croyait que les tenants du régime ivoirien prendraient toutes les dispositions utiles pour éviter des surprises désagréables à certains de leurs partisans, que nenni !

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: "Le pouvoir dispose d’un moyen de pression sur Laurent Gbagbo"

Bien au contraire, des actes de violences physiques ou verbales susceptibles de porter atteinte à la paix sociale et qui prennent leurs sources dans la crise postelectorale de 2010 sont posés quotidiennement au vu et au su des autorités ivoiriennes sans que celles-ci n’osent lever le petit doigt. Comment des individus peuvent-ils s’opposer bruyamment à une décision de la Chambre d’appel de la CPI sans que cela n’émeut l’État ivoirien qui a pourtant le devoir régalien d’éduquer ses citoyens au respect de la chose jugée ?

Lire aussi:   CPI/Voici les 3 scénarios qui attendent Gbagbo et Blé Goudé, le risque d’un nouveau procès

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goude peuvent-ils être toujours traités d’assassins ou des criminels alors qu’une décision de justice les a innocentés depuis le 31 mars 2021 ? Pourquoi veut-on forcer la main au Procureur de la République Adou Christophe Richard qui est le seul à juger de l’opportunité des poursuites judiciaires. Autant de questions en suspens qui laissent clairement à penser que tous ceux qui s’agitent à quelques jours du retour de Laurent Gbagbo en savent davantage sur les 3000 morts en Côte d’Ivoire.

Lire aussi:   Kablan Duncan est un infatigable travailleur rempli d’humilité (Ouattara)

Et ce serait une occasion en or pour le nouveau procureur de la CPI qui est à la recherche d’une bonne palette de témoins pour l’ouverture prochaine du procès relatif aux crimes contre l’humanité commis en 2011 en Côte d’Ivoire.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here