Home Politique Quand Joël N’Guessan menace André Sylver Konan sur France 24 : «...

Quand Joël N’Guessan menace André Sylver Konan sur France 24 : « après cette émission, il n’est pas sûr qu’il puisse rentrer chez lui à la maison »

Quand Joël N’Guessan menace André Sylver Konan sur France 24 : « après cette émission, il n’est pas sûr qu’il puisse rentrer chez lui à la maison »
Quand Joël N’Guessan menace André Sylver Konan sur France 24 : « après cette émission, il n’est pas sûr qu’il puisse rentrer chez lui à la maison »

Décès d’Amadou Gon : Dans un débat sur France 24, le 9 juillet 2020, Joël N’Guessan, cadre du RHDP, porte des menaces contre André Sylver Konan.

Joel N’Guessan: Face au décès il y a un minimum de décence morale que tout être humain et toute personne qui a UN PEU DE GRAINE DANS L’ESPRIT devrait avoir. Je dis bien décence morale.Quand j’entends mon jeune frère André Sylver Konan dire que ce (la mort de Gbon) n’est pas une surprise, je vais lui dire simplement qu’après cette émission, il n’est pas sûr qu’il puisse rentrer chez lui à la maison. C’est pas seulement les gens qui sont malades qui meurent. Même les bien portant…

Lire aussi:   Bédié dévoile le deal Gbagbo, Soro et lui même pour la présidentielle

Journaliste: serait-ce une menace ? Ce n’est pas une menace mais je voudrais dire que je demande aux uns et aux autres d’avoir un peu de décence dans les propos. Nous devons réfléchir par deux fois avant de faire des déclarations publiques, surtout face à la mort…

Journaliste interrompant: il ne s’agissait pas de manquer de respect au premier ministre défunt…

Joel N’Guessan: Je vous dit que face à la mort je demande un peu de décence morale dans les propos. Quand Amadou Gon, notre champion décède et que je vous entends vous les journalistes parler de candidature imposée, c’est à cause de ça qu’il est mort, je dis que vous manquez de décence morale vis-à-vis du défunt…Je vais vous dire une chose: aujourd’hui l’heure est au recueillement, et l’heure est venue de se poser nous tous la question de savoir ce que nous serrons demain. L’heure n’est pas de revenir sur des propos et des débats politiques…

Lire aussi:   Législatives 2016: Doulaye engage la population de la bagoué

Journaliste: ce genre de questions on se les posait en France à la disparition du président Pompidou dans exactement les mêmes termes…

Joël N’Guessan: Permettez que je termine, c’est le minimum de respect que je vous demande. Je demande à ce que les gens qui sont sur le plateau, et qui interviennent dans ce débat comprennent que notre douleur est très forte et qu’ils ne nous ramènent pas dans des débats que nous pourrons avoir demain. Et nous sommes des débatteurs, vous nous connaissez…Le journaliste: raison pour laquelle nous avons voulu rendre un hommage au premier ministre… »

Lire aussi:   Réforme de la Cei: Le Fpi d’accord avec la société civile

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here