HomePolitiqueProcès Simone Gbagbo: La défense demande plus de "sécurité" pour l’audition d’un...

Procès Simone Gbagbo: La défense demande plus de "sécurité" pour l’audition d’un témoin

La défense de l’ex-Première dame de Côte d’Ivoire, Simone Gbagbo, poursuivie pour crimes contre l’humanité », a demandé mercredi des « mesures de sécurité » pour éviter un « incident malencontreux », avant le contre-interrogatoire d’un témoin, Souleymane Diallo, qui avait « menacé » lundi de « tuer » l’accusée et ses avocats, à Abidjan.

« Le témoin dont nous nous réjouissons de la présence a déclaré à l’entame de ses propos (lundi) qu’il avait tué (et) qu’il allait tuer Mme Gbagbo (…). Nous souhaitons que des mesures de sécurité soient mises en place » pour « éviter un incident malencontreux », a demandé l’avocat principal de la défense, Maître Ange Rodrigue Dadjé.

Lire aussi:   Treichville Référendum 2016 / Coordination Rhdp/ Pour le « oui »: François Albert Amichia et Amy Tounkara à l’oeuvre

« Nous veillerons à ce qu’il reste à sa place », a assuré le président de la Cour d’assises, le juge Boiqui Kouadio.

A la reprise de l’audition de M. Diallo, deux policiers supplémentaires se sont assis près de l’épouse de Laurent Gbagbo, entre le témoin et les avocats, faisant ainsi passer le nombre d’agents de police à trois au niveau du box des accusés, a-t-on constaté.

Souleymane Diallo a qualifié lundi Simone Gbagbo de « criminelle » pour avoir « envoyé » un groupe de « syndicalistes » dirigé par « Lamine » dit « Lamté », dans l’objectif de « tuer » les habitants du sous-quartier « derrière-rail » de la commune d’Abobo (nord d’Abidjan), pendant la crise postélectorale.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Affaire «c'est un homme qu'il faut castrer», la Communication de Mariatou Koné fait des précisions

Le regard noir, la voix grave et visiblement incontrôlable, M. Diallo a multiplié les accès de colère surtout à l’endroit de la défense, obligeant le président de la Cour à suspendre son audition pour lui permettre de « maîtriser sa colère », ne pouvant « garantir la sécurité de l’accusée et ses avocats ».

L’ex-Première dame ivoirienne est jugée depuis le 31 mai pour « crimes de guerre » et « crimes contre l’humanité » commis lors de la crise postélectorale de 2010 qui a officiellement causé la mort de plus de 3.000 personnes en Côte d’Ivoire.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire: Tuméfié, M6, Fabrice Sawegnon victime d'une fake news

MYA

abidjan.net