Home Politique Pressé de rentrer, Gbagbo envoie Me Altit récupérer son passeport

Pressé de rentrer, Gbagbo envoie Me Altit récupérer son passeport

Pressé de rentrer, Gbagbo envoie Me Altit récupérer son passeport
Pressé de rentrer, Gbagbo envoie Me Altit récupérer son passeport

L’ancien chef de l’État ivoirien, Laurent Gbagbo, n’a pas tardé à réagir après la décision de la chambre d’appel de la Cour pénale internationale (CPI), d’alléger les conditions assorties à sa libération.

CPI: Ce que Laurent Gbagbo a fait après la décision de la Chambre d’appelLa chambre d’appel de la Cour pénale internationale a décidé, jeudi 28 mai 2020, du maintien de l’arrêt prononcé en février 2019, relativement à l’acquittement de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé. Toutefois, l’institution judiciaire internationale a convenu de la nécessité d’assouplir les mesures restrictives assorties à la libération des deux Ivoiriens, acquittés en Première instance, des lourdes charges de crimes contre l’humanité et crimes de guerre pour des faits en relation avec la crise post-électorale de 2010-2011.
Dans sa décision, la Chambre d’appel fait voler en éclats la quasi-totalité des dispositions contraignantes prises à l’encontre de leur liberté de circulation. Ordonnant à cet effet au greffe de remettre à Charles Blé Goudé et à son mentor Gbagbo toutes leurs pièces d’identité, notamment leurs passeports. À l’annonce de cette nouvelle, l’ex-chef d’État a vite fait de laisser des instructions à son équipe de défense.«Juste après sa libération, le président Laurent Gbagbo a fait savoir au téléphone au ministre Hubert Oulaye (son ancien ministre de la Fonction publique et président du comité de contrôle du FPI) qu’il a donné des instructions à Me Emmanuel Altit, son avocat », renseigne Audace 24, un site d’informations, proche du FPI.
Selon le média, ces instructions consisteraient à aller chercher auprès du greffe de la CPI, ses documents administratifs, notamment son passeport. Laurent Gbagbo aurait également instruit son avocat français à l’effet de récupérer une copie de l’arrêt rendu par la Cour afin de faciliter ses déplacements. L’arrêt signé du juge-président, le Nigérian Chile Eboe-Osuji, stipule en effet que les deux Ivoiriens, Charles Blé Goudé et Laurent Gbagbo sont désormais libres de circuler et de se rendre dans le pays de leur choix à condition que ce pays figure sur la liste des 123 pays signataires du statut Rome, y compris la Côte d’Ivoire.
Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Parlement, la session ordinaire de l'année 2019 prévue lundi est conforme à la constitution de novembre 2016, souligne le SG

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here