Home Politique Présidentielle 2020 : quand Jean Bonin écrivait à Bédié, Gbagbo et Ouattara

Présidentielle 2020 : quand Jean Bonin écrivait à Bédié, Gbagbo et Ouattara

Présidentielle 2020 : quand Jean Bonin écrivait à Bédié, Gbagbo et Ouattara
Présidentielle 2020 : quand Jean Bonin écrivait à Bédié, Gbagbo et Ouattara

Bédié, Gbagbo et Ouattara, ces trois présidents à qui Jean Bonin avait demandé de ne plus de présenter à une élection présidentielle en Côte d’Ivoire.

En 2019, j’écrivais ce post où j’implorais nos chers aînés à passer le flambeau. Seul ADO m’a écouté en se retirant. Je le reposte aujourd’hui afin que les 2 autres en fassent de même.

Lettre ouverte à M. les présidents Bedié, Gbagbo et Ouattara.

Excellences Messieurs les présidents,

Tous, chacun en ce qui le concerne, vous avez passé plus ou moins 10 ans au pouvoir. Cumulativement, par le biais des alliances (aussi improductives qu’opportunisstes) cela fait une bonne trentaine d’années que vous présidez aux destinées de notre pays. Cependant, force est de constater que c’est aussi 30 ans de graves remous sociaux, de violences et d’instabilité militaro-politiques chroniques.

Très chers aînés,

Tout laisse présager que vous envisagez de rempiler encore en 2020, pour au moins un ultime mandat de 5 cinq, au terme duquel le président Bedié aura 91 ans, Ouattara 83 ans et Gbagbo 80 ans. Vous avez dirigé le pays alors que vous étiez encore pour les uns des quinquagénaires et pour les autres des sexagénaires. Déjà octogénaire pour l’un, presque nonagénaire pour l’autre, vous refuser de « lâcher l’affaire » comme disent les ivoiriens.

Lire aussi:   Des partisans de Gon en Côte-d’Ivoire narguent l’opposition: « Le débat sur la Cei est terminé… »

Excellences,

Ailleurs, les peuples Zimbabwéens et Algériens ont courageusement pris en main leur responsabilité en poussant gentiment leur (vieillissant) Chef vers la porte de sortie. Mugabe, 93 ans et Bouteflika, 82 ans à l’époque, auraient pu partir en beauté. Hélas, ils ont cédé aux champs des sirènes. Résultat, leur honneur et leur dignité en ont payé le prix fort.

Tous les trois (3) vous avez donné le meilleur de vous à la Côte d’Ivoire. Personnellement, je vous en suis infiniment reconnaissant. Malheureusement, à votre corps défendant, vous n’avez pas été en mesure d’assurer aux ivoiriens la paix, la sécurité, l’unité, la réconciliation qu’ils étaient en droit d’attendre de vous. Certes, chacun a une explication pour justifier son échec mais cela n’enlève rien au constat d’échec. Il est là.

Lire aussi:   Côte d'Ivoire : Après hésitations, Akpolè Kouadio maire de Botro rejoint le RHDP unifié

Présidents,

Je doute qu’en cinq (5) ans supplémentaires vous soyez capables de nous garantir cette paix qu’en 30 ans vous n’avez pu nous offrir. Depuis 1995 vous vous battez à deux (2) contre un troisième. Vos querelles n’ont apporté que désolation et retard à notre pays. Aussi, dans l’intérêt supérieur de la RCI que tous vous dites aimer, je vous supplie de donner à d’autres ivoiriens l’opportunité de poursuivre et de pérenniser vos œuvres.

En vous retirant, vous permettrez que gagne le meilleur de la compétition électorale de 2020 qui pourrait avoir lieu entre Affi Nguessan, Billon, Soro, Mabri, Koulibaly, Gnamien, Simone Gbagbo, Kabran, Tanoh, Banny, KKB, Hambak, Gon, Ahoussou, Duncan, Blé…

Lire aussi:   Cote-d’Ivoire: Léonard Lebry, procureur d’Abidjan annonce le « renvoi de Blé Goudé devant le tribunal criminel »

Le vainqueur de 2020, parce qu’il aura réussi à rassembler au delà de sa famille politique sera le président de tous les ivoiriens et non d’un clan. C’est à ce prix, qu’enfin, il pourra nous apporter ce petit plus que vous ses devanciers, à part Félix Houphouët-Boigny, vous n’avez pas pu nous donner : la paix et le développement durable.

Chers ainés,

N’ayez pas peur du passage du témoin ou du changement générationnel car les cadres que vous avez formé sont aujourd’hui tous compétents et prêts à assurer la relève. Et, dans tous les cas, si, eux aussi, comme vous, échouent, cela ne pourrait être pire que ce que nous avons déjà connu. Le seul risque que nous encourons c’est que notre pays se porte bien mieux demain qu’hier ou qu‘ aujourd’hui. Osons donc le changement maintenant car 2020 c’est déjà demain !

Jean Bonin
Juriste
Citoyen ivoirien

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here